Arrêtons de faire des grimaces ! l’heure n’est pas au Buzz, Jouthe nous dit la vérité

Dans un texte publié le 11 mai signé Lonick Léandre, l’ancien candidat au sénat pense que l’heure n’est pas au buzz mais plutôt à la mobilisation et la prudence vue la menace sérieuse que représente la pandémie de la Covid-19. Il estime qu’il y a d’autres choses beaucoup plus préoccupantes que de faire circuler une note vocale (voice note) d’un Premier ministre qui dit la vérité à propos de l’ensemble des problèmes que traverse le pays.

Lisez le texte dans son intégralité

Un enregistrement de deux minutes et vingt-deux secondes où l’on écoute la voix de l’actuel Premier Ministre Joseph Jouthe dans une conversation privée circule depuis hier sur les réseaux sociaux. C’est le nouveau buzz d’un pays qui passe régulièrement à côté des choses sérieuses vivant au jour le jour de petits « zen ». Les uns remplaçant les autres aux micros des analystes politiques friands de commérages et petites histoires des couloirs du pouvoir.

Et tout cela nous arrive sans que nous nous rendions compte que ces banalités occupent trop nos esprits pour nous permettre de réfléchir et de penser tandis que le danger Covid-19 s’amplifie dans nos murs et emporte la vie des nôtres, la gourde s’en va vers le néant par rapport à la monnaie américaine triomphante et l’insécurité s’intensifie face à une police nationale divisée donc affaiblie.

De quoi est-il question en effet ?
Dans le document audio, on écoute le premier ministre qui confie à des proches – il faut croire que ce sont vraiment des proches puisqu’il semble se trouver en confiance parmi eux leur parlant avec une telle sincérité – comment il s’est pris au ministre des finances à cause d’une mésentente sur le budget national et en même temps, il exprime son dégoût envers nos politiciens traditionnels qui selon lui ne sont que des pantins et au pire, se trouvent, au vu et au su de tous, de connivence avec des chefs de gangs.

Où est le mal d’avoir dit tout ça ? est-ce le langage qui prime ou son contenu ? Au prime abord, que reproche vraiment le Premier ministre  au budget ? Pas autre chose sinon le fait qu’il ne reflète pas « la grande vision du président de la République » ni les objectifs de réforme de l’État qui ne vont pas, et il a raison là-dessus, sans une définition d’une grille salariale contrairement au modèle imprécis des barèmes qui déterminent actuellement le système de paiement des agents de l’administration publique.

Par ailleurs, lui qui dit toujours qu’il n’est pas politicien s’en prend aux politiciens traditionnels qui selon lui ne font que se moquer des gens dans des comédies électorales sans avenir et sans vision réelle de « faire pays » comme on dit. Qui viendra me dire le contraire ? Quelle est l’offre politique sérieuse des politiciens actuellement ? Avons-nous tiré les leçons de l’instabilité causée par les « peyi lok », ou les « vle pa vle fo l ale » de nos trente dernières années ?

Bref, il ne fait aucun doute que celui qui a publié cet enregistrement de deux minutes veut faire du mal au premier ministre avec l’intention de le rendre inconfortable tant avec le président qu’avec ses ministres et en particulier avec le ministre des finances. Des gens puissants de ce pays ont intérêt dans ces menus scandales qui peuvent pourtant faire de grands torts au pays qu’ils déstabilisent tandis que l’essentiel reste négligé. La longue dictature des Duvalier nous traumatise et place dans notre inconscient une peur bleue de la stabilité politique ou de tout pouvoir qui semble pouvoir durer. C’est dommage !

Et moi, je n’écris pas ce bref article pour défendre un Premier ministre que je ne connais même pas. J’ai déjà fait mes adieux à la carrière politique vivant dans la diaspora à la sueur de mon front comme des milliers de nos compatriotes à qui on empêche de jouir du droit de vivre paisiblement dans leur pays et de travailler pour son développement. Mais Haïti ne sera jamais derrière moi.

Comme a dit le Premier Ministre , il faut en finir avec les vieilles pratiques. Arrêtons de faire des grimaces et passons aux choses sérieuses, Messieurs et Dames !

Lonick Léandre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker