Le DG Normil Rameau doit rester à son poste, déclare le Premier Ministre Jouthe Joseph

Le Premier Ministre Joseph Jouthe a exprimé son appui au Directeur Général de la Police Nationale d’Haïti, Normil Rameau, lors d’une intervention sur la Radio Métropole, mardi 11 août 2020. Ce, moins de 24 heures après des échanges houleuses en plein direct au Palais National, en Conseil des Ministres.

Après les tollés qu’ont suscité les propos de Joseph Jouthe en conseil des ministres à l’endroit du Directeur Général ai de la PNH, Normil Rameau, il tenait à conforter ce dernier dans son rôle. Il intervenait sur la fréquence de la Radio Métropole, 100.1 FM stéréo, mardi 11 août 2020

M. Jouthe a expliqué que les compétences et l’intégrité du DG Normil Rameau sont des paramètres qui jouent énormément pour l’exercice de sa fonction. Il a voulu tout simplement s’assurer que les directives et les instructions émises par la hiérarchie soient exécutées.

« Je soutiens et renforce mon directeur général qui est un homme intègre et un bon technicien un peu ballotté par des flots rugissants de tout bord » a-t-il répondu un peu plus au quotidien Le Nouvelliste.

 » Nous devons développer la culture du résultat dans l’administration publique haïtienne », a-t-il martelé en rappelant qu’il ne cherche nullement à se faire des amis dans l’exercice de sa fonction.

Soulevant la question de moyens , le Premier Ministre annonce également que des plans sont à l’étude pour doter la police le nécessaire à l’accomplissement de sa mission. Seule institution opérationnelle en matière de sécurité en Haïti, cette dernière semble dépasser par l’insécurité galopante touchant tous secteurs vitaux de l’économie et le quotidien des haïtiens.

Plus d’un estiment que l’actuel directeur de la police est pris entre l’enclume et le marteau. S’il s’avère qu’effectivement les gangs travaillent au profit du pouvoir, il paraît diablement dangereux que le président de la République ordonne à ce dernier de les combattre.

La dernière sortie de Joseph Jouthe, somme toute, se veut un rappel au directeur de s’assurer du contrôle de sa troupe. Selon certaines informations, des commissariats entiers et unités spécialisées de la PNH échappent au contrôle du DG. De telles situations ne font qu’encourager le boycott où les cadres protégés par le pouvoir ne manqueront pas l’occasion de provoquer l’échec de leurs supérieurs pour les remplacer à l’avenir. Ce qui est extrêmement dangereux pour la nation.

A rappeler que cette confusion au plus haut niveau du pouvoir survient après que Michele Sison , l’ambassadrice américaine en Haïti, a exprimé ses inquiétudes face au renforcement des gangs dans le pays. Par la même occasion, elle a convié les autorités à assumer leurs responsabilités. Et depuis, c’est la débandade.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker