Le MENFP déplore et condamne les attaques perpétrés contre les établissements scolaires

Dans une note du bureau de communication du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle daté le mercredi 26 août 2020,
Le MENFP dit condamner les actes perpétrés contre certains établissements scolaires du pays, particulièrement à Saint-Marc. Toujours selon cette note, les Directeurs départementaux sont instruits d’adopter les dispositions nécessaires afin de retenir les chèques des enseignants absents à leur poste, suivant les procédures légales.

Lisez l’intégralité de la note avec TripFoumi Enfo.

l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) déplore et condamne les attaques violentes et gratuites contre les écoles, leur personnel et les élèves à travers le pays, notamment à Jacmel et à St Marc.

Ces agressions violentes orchestrées par des personnes se disant professeurs ou élèves, objet de manipulation ou ayant des intérêts inavoués et inavouables, sont inacceptables dans une société démocratique.

Ces faits alarmants sont d’autant plus graves qu’il n’y a aucune raison pouvant justifier de tels agissements à cause des professeurs absentéistes alors qu’ils sont payés régulièrement pour le travail non fourni par les taxes de la population. En ce sens, les Directeurs départementaux d’éducation sont instruits par les autorités centrales en vue d’adopter les dispositions nécessaires afin de retenir les chèques d’enseignants, absents à leur poste, suivant les procédures légales.

Reconnaissant le droit de tout un chacun de revendiquer de meilleurs traitements dans le cadre de son travail, il est cependant révoltant et inacceptable que des individus attaquent des lieux de savoir en vue de satisfaire leurs intérêts.

Le MENFP regrette que ces actes inadmissibles aient même occasionné des blessés au sein du corps enseignant, du personnel administratif et parmi des élèves. Le ministère en profite pour présenter ses sympathies aux victimes.

Comment des organisations d’enseignants et/ou de syndicats peuvent appuyer de tels mouvements de violence ? Comment, malgré les efforts consentis par l’Etat pour régulariser et payer environ 11 000 enseignants, en plus de ceux rémunérés régulièrement déjà (plus de 28 000), que les écoles publiques soient encore victimes des mêmes attitudes irresponsables pénalisant les enfants qui ont soif d’éducation.

Le ministère rappelle que l’éducation est un bien public et qu’il appartient à toutes et à tous de le protéger. Le droit à l’éducation n’a pas de prix et doit être défendu en toutes circonstances.

Le MENFP fait donc appel au sens de responsabilité et à la sagesse de tous les enseignants afin de préserver les acquis et permettre aux enfants de la République de boucler l’année scolaire.

Le MENFP interpelle tous les parents, les acteurs et partenaires du secteur à jouer leur rôle dans la sauvegarde des intérêts de l’école et de nos enfants. Il y va de l’avenir de la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker