L’ECC réclame une enquête de la Cour des Comptes sur la surfacturation des blindés de la PNH

Les 15 nouveaux blindés de la PNH auraient été surfacturés par les autorités du gouvernement haïtien, selon un l’Ensemble Contre la Corruption (ECC). Elle invite donc la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) à diligenter une enquête.

Le jeudi 27 août 2020, Ensemble Contre la Corruption (ECC), une structure formée de plusieurs organisations de droits humains sollicite dans une lettre adressée au Président de la Cour des Comptes et du Contentieux Administratif, Me Rogavil BOISGUENE, une enquête sur l’acquisition par l’État haïtien de quinze (15) véhicules blindés pour la Police Nationale d’Haïti. Pour ECC, c’est une vaste opération de corruption liée à la surfacturation.

« Reçus le 22 février dernier, ces blindés auraient coûté chacun 143,500 dollars américains, soit 2 152 500 dollars américains au total. De plus, leur transport aurait couté 825.000 dollars américains. Or, le coût normal d’un de ces blindés est de 100,000 dollars américains. Leur transport devrait coûter en moyenne 125,000 dollars américains. Actuellement, six (6) mois après cette transaction, neuf (9) d’entre eux sont tombés en panne », revèle l’ECC dans sa correspondance à la Cour.

Outre la suspicion de corruption entourant l’acquisition de ces matériels, l’Ensemble Contre la Corruption s’est montré perplexe quant à « l’efficacité et de l’efficience de l’acquisition..», compte tenu des défaillances déjà constatées.

Plus loin, ECC se pose des questions pertinentes pour lesquelles aucun élément de réponse n’est disponible. « Quelles sont les personnes et institutions impliquées à l’étude d’opportunité ayant porté les responsables à choisir ces modèles de véhicules et participer à l’examen des offres reçues pour conclure la transaction ; la loi de la concurrence n’a-t-elle pas été appliquée ? S’agissait-il de véhicules neufs ou usagés ? Quel est le coût réel d’un blindé de cette catégorie ? Quel est le nom de la firme bénéficiaire de cette transaction ? Existe-t-il un rapport sur l’état de ces véhicules blindés à leur réception ? Y-a-t-il un rapport d’expertise sur l’état actuel des véhicules accompagnés d’explications claires sur les raisons des pannes de neuf (9) d’entre eux ?

La Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) a-t-elle validé ce contrat ? », s’est interrogé l’ECC.

A rappeler que l’acquisition de ces matériels a été placée sous le label de la « sécurité nationale » par le gouvernement haïtien. Ce qui a réduit considérablement les marges de contrôle des institutions comme la CSC/CA, la Commission Nationale de Passation des Marchés Publics( CNMP), etc. Si cette information s’avère être vraie, n’y a-t-il pas matière de douter sur les raisons ayant poussé le gouvernement haïtien à placer le contrat qui lie l’Etat avec société « General Electric » sur cette rubrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker