La soirée du 24 décembre à Delmas: une ambiance inhabituelle et particulière

(TripFoumi Enfo) – Les nuits de 24 et 31 décembre ont toujours été des moments spéciaux en Haïti, respectivement la veille de Noël et le dernier jour de l’année. On y voit une union indescriptible des cœurs ainsi qu’un véritable sens du partage. Ces nuits de joie et de douce chaleur sont considérées comme étant les plus merveilleuses. Mais l’année 2020 est exceptionnelle, avec la pandémie de la Covid-19 et la montée des actes criminels dans le pays. Beaucoup de proches de la diaspora ont dû annuler leurs vols sur Haïti et ont opté plutôt pour la République Dominicaine.

La rédaction de TripFoumi Enfo vous emmène au cœur de Delmas pour vous faire vivre l’ambiance qui régnait la nuit du 24 décembre.

Malgré l’insécurité grandissante dans le pays, les résidents de Delmas s’adonnaient quand même à leur mythique traditionnelle soirée du 24 décembre. Pas l’ambiance à laquelle nous sommes habitués, mais on peut clamer que la fête était au rendez-vous. Une nuit qui était plutôt introvertie, peureuse. Elle était d’une chaleur très particulière.

Si les activités longeaient les grand-rues de la commune étaient au point mort, celles dans les couloirs et les impasses étaient plutôt ambiancées. Les boîtes à musique faisaient la fête, dans lesquelles jouaient les musiques de toutes tendances. Toutefois, les fêtards avaient une petite préférence pour les musiques « Raboday » et les sons du dernier album du groupe musical Enposib, plus précisément le morceau titré “Bal on byè ».

La circulation était très fluide. Les boîtes de nuit étaient quasiment fermées. Tout compte fait, les habitants de Delmas ne s’étaient pas fait avoir par la psychose de l’insécurité. Il faut noter qu’une patrouille policière du Corps d’intervention et de Maintien d’Orde (CIMO) a été remarquée sur la route de Delmas. Aucun casse n’a été signalé.

Au passage, à Delmas 32, nous avons interrogé un jeune avocat, qui lui aussi, était dans l’ambiance. Serein, souriant, il buvait une canette de bière. Pour lui, cette soirée traduit l’envie de vivre du peuple haïtien, connaissant la conjoncture économique, politique et sociale du pays. « Mwen menm m ta renmen di nèg politik yo ak lòt aktè nan sosyete an ki konsène de sa k ap pase nan peyi an la: pèp Ayisyen an ak Ayiti pa merite sa y ap fè l la », dit-il sur un ton glaçant.

Malheureusement par extrême prudence, on n’a pas pu se rendre au bas de Delmas pour vérifier l’ambiance qui régnait la nuit du 24 au 25 décembre. Du fond du coeur, la rédaction de TripFoumi Enfo partage ses vœux de bonheur avec eux tout en espérant une amélioration sur le plan sécuritaire afin de permettre à ces paisibles citoyens de vaquer en toute liberté à leur activité.

La nuit n’a pas été longue comme à l’ordinaire. Malgré l’ambiance qui régnait, la peur a pris le dessus. À deux heures am, les activités régressaient, certains ont été contraints de plier bagages. Quoiqu’on fasse le diable de l’insécurité hante nos vies quotidiennes.

Il y a quand même de décoration de Noël dans le couloir près de chez moi.

Tout n’est pas perdu. Bien qu’on ait déjà perdu une bachelière, un étudiant et un professeur. En dépit de ses souffrances, la vie en vaut la peine d’avoir encore nos beaux sourires. Cependant, certaines personnes sont contraintes de céder les leurs à une douleur à vie. Autant dire, c’est le cas d’une dame qui a été kidnappée puis violée sous les yeux de son enfant, âgé de 10 ans. Des suites de sa libération elle a été diagnostiquée positive au VIH.

À cet égard, La maison d’à côté est harmonieusement décorée de couleurs et de lumières. Sentant la fête, pour le propriétaire de cette maison, ce n’est pas une marque d’insensibilités à ce qui fait la Une dans le pays, comme on pouvait laisser entendre. Car, dit-il, au contraire 2020 a été une année très difficile, et c’est pourquoi nous méritons de fêter, de célébrer la vie avec la famille et nos amis car nous sommes toujours en vie malgré toutes ces difficultés. Le besoin de se sentir bien est un droit inaliénable. Toutefois, le sacrifice s’est fait sentir pour un soulèvement général, a t-il conclu.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker