2021-2022, Une nouvelle année fiscale dans la misère et le désespoir

(TripFoumi Enfo) – Ce 1er Octobre 2021 marque le début de l’année fiscale 2021-2022.
Pour ce nouvel exercice, pas de projet de lois des finances, l’exécutif va sans doute reconduire le dernier budget rectificatif pour tenter de relever les grands défis économiques auxquels fait face Haïti.

L’année 2021 est marquée par des crises de toutes sortes, et on en est qu’au 10e mois. À côté de la politique et le social, la situation économique est au bord du gouffre.

En effet, en ce qui a trait à l’économie, les perspectives de croissance pour 2021 ne sont pas reluisantes. C’est la troisième année consécutive de chute du PIB haïtien. Performance qui confirme une véritable crise continue de la production globale en Haïti. Au printemps de ce nouveau exercice fiscal, le tableau est on ne peut plus sombre, Haïti ne fait que poursuivre une véritable descente aux enfers.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop:https://t.me/TripFoumi!

Par ailleurs, pour une première fois depuis sa création il y a 97 ans, la Direction Générale des Impôts (DGI) à franchi la barre historique de 50 milliards de Gourdes collectées pour l’exercice fiscal 2020-2021. Certains y voient de l’espoir pointé à l’horizon, d’autres restent sceptiques face à la possibilité de redynamiser l’économie du pays.

Jean Emmanuel Casséus le Directeur Général de la DGI dans une note « présente ses sincères remerciements à tous les contribuables qui se sont évertués à s’acquitter de leurs obligations fiscales au cours de l’exercice fiscal écoulé ».

Il en profite pour leur réitérer son constant souci de leur offrir un service de qualité et promet de continuer la lutte afin de doter le pays de ressources financières adéquates.

Des économistes et d’autres spécialistes, de leur côté, dressent un tableau sombre d’une situation alarmante. En 2021 comme en 2020 et en 2019, tout ou presque tout est en rouge. Les différents gouvernements qui se sont succédés durant la période n’ont rien pu faire pour les déplacer de cette zone inquiétante.

Sur les trois années, mise à part la pandémie de Covid-19, il ressort que crise politique, insécurité et catastrophes naturelles sont les principaux freins au développement de l’activité économique en Haïti, d’après l’économiste Enomy Germain.

Face à la recrudescence de l’insécurité, des investissements pratiquement inexistants, favorisant du même coup l’augmentation du chômage, le budget ne répondant pas aux exigences macroéconomiques, la situation va de mal en pis.
Et comme l’aggravation du chômage et de l’incidence de la pauvreté s’accompagne dans une certaine mesure de celle de l’insécurité alimentaire, le nombre d’Haïtiens en insécurité alimentaire, estimé à 4.4 millions depuis le début de l’année 2021 risque d’augmenter considérablement.

Au final, entre instabilité, misère, corruption, déficit, insécurité, absence d’investissement et faible taux de production, à quoi doit-on s’attendre de bon, au cours de ce nouvel exercice fiscal.

Joame Baptisné

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker