Politique

Pérou : malgré la répression, les manifestations contre la présidente Dina Boluarte s’intensifient

(TripFoumi Enfo) – Alors que la répression contre les manifestations réclamant la démission de Dina Boluarte a déjà coûté la vie à 42 personnes en cinq semaines, la mobilisation continue au Pérou. Le jeudi 13 janvier, les manifestations se sont intensifiées dans le pays, gagnant même la capitale.

Éclatées après la destitution et l’arrestation, le 7 décembre 2022, du président socialiste Pedro Castillo, les manifestations se sont poursuivies ce vendredi dans presque tout le pays, notamment à Lima, la capitale. D’autres manifestations, avec des blocages de routes, ont eu lieu ; par exemple, jusqu’à Tacna, située à 1 220 km au sud-est de Lima, près du Chili. Une situation qui a poussé le Chili à fermer sa frontière avec le Pérou.

Depuis le début de la contestation, en plus des tués, pas moins de 531 personnes ont été blessées dont 176 policiers, et 329 arrestations, selon le parquet. Néanmoins, il faut souligner que parmi les 42 tués se trouve un policier qui a été brûlé vif. Ce qui témoigne de la violence des heurts entre protestataires et agents des Forces de l’ordre dans cette situation qui prévaut dans ce pays d’Amérique du Sud.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Face à cette violence occasionnant la mort de plusieurs dizaines de manifestants, le parquet péruvien a ouvert une enquête pour génocide contre la présidente Dina Boluarte. De son côté, la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) qui a bouclé ce vendredi une mission d’inspection dans le pays, estime détenir des indices sur un « usage excessif de la force » contre les manifestants. De ce fait, elle a demandé une enquête impartiale sur la répression.

Cependant, dans une adresse à la nation, prononcée vendredi soir, la présidente par intérim Dina Boluarte écarte toute idée de démission.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker