Donald Trump menacé par une procédure de destitution

La présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, a annoncé le lancement de la procédure de destitution de Donald Trump. L’ex-magnat de l’immobilier est soupçonné de demander au président ukrainien d’enquêter sur le candidat démocrate, Joe Biden lors d’un appel téléphonique. Cette procédure risque d’aboutir à rien. Trump jusque là n’est pas inquiet. Qualifiant cet acte de « ridicule ».

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui avait un peu de réserve par rapport à cette démarche en raison des risques électoraux qu’elle pose, a fini par annoncer, au cours d’un point de presse de 6 minutes, mardi après-midi, le lancement de la procédure de destitution de Donald Trump.

Le président américain est soupçonné d’avoir poussé, lors d’un appel téléphonique, le 25 juillet dernier, le chef d’Etat ukrainien, Volodymyr Zelensky, à enquêter sur son rival politique Joe Biden, dont le fils a travaillé pour un groupe gazier ukrainien en 2014, en se servant d’une aide militaire comme moyen de pression.

Le républicain reconnait avoir parlé de Joe Biden lors de cet appel, mais nie avoir fait pression sur son homologue d’une façon quelconque.

« J’aurais pu faire pression. Cela aurait pu être acceptable que je le fasse. Mais je ne l’ai pas fait », a-t-il affirmé lundi en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York.

Toutefois, il a annoncé, ce mardi, avoir autorisé la publication, de la transcription complète de sa conversation téléphonique avec Volodymyr Zelensky mercredi.

« J’ai autorisé la publication demain de la transcription complète, entièrement déclassifiée et non censurée de ma conversation téléphonique avec le président Zelensky d’Ukraine »

La Chambre des Représentants à majorité démocrate, sera chargée de mener la procédure de mise en accusation (impeachment en anglais). Si celle-ci aboutit, le Sénat, contrôlé par les républicains qui restent en majorité fidèles à M. Trump, devra conduire le «procès» du président, conclu par un verdict.

Après les enquêtes sur le dossier impliquant Donald Trump et la Russie, c’est cette affaire ukrainienne qui a fait céder les digues chez les démocrates les plus réticents, Nancy Pelosi en tête. De plus en plus, ils se sont ralliés à l’idée de lancer l’enquête solennelle.

Il faut rappeler que dans l’histoire des Etats-Unis seuls deux présidents américains ont été mis en accusation il s’agit des démocrates Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton, poursuivi pour «parjure» en 1998 après sa liaison avec la stagiaire de la Maison-Blanche Monica Lewinsky. Jamais un président n’a été destitué.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker