Trending

Le PM haïtien semble vouloir se conduire à la boucherie

La question de communication est tellement sensible que cela revient inévitablement aux professionnels du domaine de l’exercer. Mais, il paraît que les autorités haïtiennes n’en savent rien à tout cela. Pour preuve, très souvent, leurs révocations sont dues à des erreurs de langage ou de communication. Et dommage, c’est encore une de ces erreurs qu’a commise le PM Joseph Jouthe ce samedi 28 mars 2020.

Voulant se réjouir de la libération du Docteur Jerry Bitar, séquestré le vendredi 27 mars dernier, le Premier Ministre s’est prononcé. Mais en pauvre innocent, il a mis le Président de la République pieds et mains liés dans cette affaire. Dans un tweet, le Premier Ministre a clairement dit, et on cite: «Le CSPN remercie SEM @moisejovenel pour tout son support et son implication depuis l’enlèvement jusqu’à la libération de @bitar_jerry…». Ce qui a enflammé la toile. Plusieurs internautes ont réagi pour montrer qu’ils comprennent le message du PM mentionnant le mot implication du président, peut-être à tort ou à raison. Peu de temps après, le tweet a été supprimé du compte. Une erreur de langage qui peut coûter cher au chef de la Primature qui semble, d’ailleurs, comprendre la gravité de sa bêtise.

On se le rappelle, Guyler C. Delva était ministre de la Communication en 2018 quand il a déclaré qu’incontournablement, l’État doit augmenter le prix du carburant. Résultat, première version de «pays lock» suivi par le renvoi du gouvernement de Jack Guy Lafontant. Plus proche de nous, l’ancien DG de l’ULCC, en l’occurence Me Claudy Gassant, agassait aveuglement le pouvoir en place par rapport à ses décisions. Il attaquait, avec raison ou pas, tous ceux qui, selon lui, ne sont pas en règle avec la Justice, y compris des proches du Président Moïse. Ensuite, il avait une présence constante dans les médias, se réjouissant de ses actes mais aussi pour les justifer. Comme récompense, il a été renvoyé comme DG de l’ULCC pour être rapidement remplacé. Depuis, personne n’a eu de ses nouvelles. Lui qui ne pouvait pas ne pas parler ne peut, maintenant, piper mot.

Cela nous montre comment il faut être sûr de ce qu’on fait surtout, lorsqu’il s’agit de prendre la parole pour parler des affaires de l’État. Les autorités haïtiennes n’aiment pas qu’on leur obstrue le chemin ou qu’on leur mette en situation difficile. Arnel Bélizaire est un exemple clair, visible et récent. Maintenant, il est sûr que le PM Joseph aura à répondre de cet acte irréversible. Pourra-t-il convaincre le chef de l’État pour garder son poste? Quel est l’avenir de Jouthe Joseph à la Primature? Connaîtra-t-il le même sort que Guyler C. Delva? Il ne reste que d’attendre.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker