Massacres en série en Haïti: Au nom de quelle logique? La lettre du Canada

Une fois encore, les habitants du Bel-Air, dans la solitude et l’indifférence du monde, de la même manière que le général Canadien Romeo Dallaire, témoin du génocide rwandais, ont ce vendredi  Saint serré la main du diable. Les atrocités commises par les gangs armés proches du pouvoir de facto en Haïti ne peuvent être celles des humains. C’est le diable à l’œuvre dans cette République où l’on voit la mort partout. 

Pourtant, cette réalité est bien occultée ou du moins présentée au monde de manière sélective. Quand elle n’est pas tout simplement truquée par ceux qui, devant la faillite organisée d’Haïti, ont le contrôle sur tout. Derrière cette œuvre macabre, certains analystes croient qu’il n’y a pas seulement un mépris flagrant pour les droits de la personne mais toute une politique de mise à mort d’Haïti décidée ailleurs.

Face à l’horreur devenue quotidienne, certaines organisations de droits humains sur place agissant dans un cadre humanitaire, ont tenté vainement d’attirer l’attention de la communauté internationale sur le caractère massif et répétitif des violations graves des droits commis par ces groupes œuvrant sur l’autorité des responsables gouvernementaux. Des femmes, enfants et vieux sont assassinés à un kilomètre du palais présidentiel et des commissariats de police sans qu’aucune force ne soit envoyée à leur secours. Les consciences semblent être endormies. Du côté de l’international, l’indifférence est frappante. Il est à se demander quel est le rôle véritable du bureau intégré des Nations Unies en Haïti et de la section des droits humains de l’ambassade américaine en Haïti. Ces massacres ne suffisent-ils pas pour que le procureur de la Cour pénale internationale, devant la défaillance caractérisée de la justice haïtienne, ouvre une enquête en Haïti afin d’en déterminer la responsabilité des uns et des autres ?

Peut-être qu’un jour, Madame Michele Sison, tout comme Madame Lalime, reconnaîtront leur culpabilité dans leur maison de retraite ainsi que l’échec de leur mission, celle d’aider à renforcer l’État de droit en Haïti. Pour se sentir coupable d’une faute, avoir un mal de vivre, ou pour comprendre le caractère tragique d’une situation, il faut être humain après avoir assisté à tant de crimes abominables.

La voie de la guérison n’est pas toujours facile quand le mal dont on souffre est lié à un manque de responsabilité ou encore à la cupidité. Une vraie faillite humaine. Pour gagner la cause de l’humanité, il faut être humain et croire que les êtres humains sont égaux, à quelques endroits qu’ils puissent être.

Le rôle trouble de l’ambassade américaine

Paradoxalement, on se souvient que c’est l’ambassade américaine qui, avant même que les policiers du groupe Fantom aient déclenché leur mouvement de protestation pour réclamer les corps de leurs collègues assassinés lors de l’ intervention de la PNH au Village de Dieu, a rendu publique une note dans laquelle elle mettait ses employés en garde contre les agissements de ces agents qu’elle qualifiait d’organisation criminelle. Pourtant, la liberté syndicale leur avait été reconnue par l’État, ce qui aurait dû être considéré comme une décision irrégulière parce que les forces de l’ordre sont membres d’une institution détentrice des fonctions de sécurité nationale, par exemple la surveillance des frontières terrestres et aériennes, lesquelles en principe devraient être dévolues à une armée régulière. C’est un autre débat.

L’intervention de l’ambassade américaine pour disqualifier ce groupe suffisait pour que le Haut État major de la police lance sa traque contre les policiers, une attitude contraire à la liberté syndicale qu’on leur reconnaît pourtant.

Alors que de l’autre côté du mur, le G9 et alliés, par le biais de son commandant en chef des gangs armés, venait tout juste de revendiquer les incendies de maisons et le massacre ayant occasionné des morts dont un vieil homme calciné en place, à cause  de l’incapacité  physique de sa femme pour le sauver. Un traitement différentiel qui en dit long. C’ est l’horreur ! Soulignons que peu avant cette tragédie humaine, quatre personnes ont été kidnappées à l’enceinte d’ une église adventiste en plein culte d’adoration, dont le pasteur titulaire.

Étonnamment, aucune note pour l’instant venant du Core Group ne qualifie le G9 d’organisation criminelle pour ses atrocités commises contre le genre humain. Ce sont quand même des crimes graves qui choquent la conscience universelle pour lesquels leurs auteurs et complices, civils ou policiers, devront un jour répondre, tant sur le plan national et international. Les États-Unis et les pays se regroupant au sein du Core Group considéré comme un syndicat diplomatique, se ferment les yeux sur ces massacres en série planifiés par l’entourage immédiat du chef de l’État. Au contraire, ils appellent le gouvernement haïtien et notamment Jovenel Moise à prendre toutes les mesures pouvant conduire à l’organisation d’élections cette année à travers lesquelles ils cherchent à renforcer un « non État » totalitaire au service du capital financier international et du marché global. La logique de fonctionnement de ce système est la subordination de l’État national au profit du marché global au contrôle duquel se trouvent les multinationales des grands pays industrialisés. Tout ceci doit se réaliser sous l’égide d’une constitution non conforme à ce qu’on sait être le vœu général du peuple. On veut nous faire revenir au système d’un homme, favorisant le retour de certaines attitudes caractéristiques de l’ordre ancien que notre raison ou notre amour pour la liberté avait proscrites. Un véritable code noir des temps modernes qui rappelle le colbertisme dans sa logique d’accumulation et mercantile hors des frontières métropoles selon le principe « tout par et pour la métropole ».

Rappelons toutefois que ces élections prônées à grand renfort de propagande auraient dû être organisées depuis octobre 2019 pour renouveler intégralement la Chambre des députés en application de l’article 92-3 de la Constitution, les deux tiers du sénat en 2017 et en 2019, selon l’article 95-3 et les présidentielles en octobre 2020 aux termes de l’article 134-2. Ces tâches se sont relevées totalement impossibles. Non seulement le mandat présidentiel a expiré depuis le 7 février 2021 mais encore les conditions sécuritaires d’Haïti ne le permettent pas. Les élections ne veulent pas dire des alternatifs mais des alternatifs viables. Dans l’impunité manifeste, les « maîtres en démocratie » proposent aux Haïtiens des élections sous le contrôle des entités criminelles privées.

La partialité du Core Group

Le refus de Jovenel Moise d’organiser les élections aux échéances prévues par la Constitution était une stratégie bien pensée, soutenue par ses tuteurs internationaux afin de lui permettre de confisquer la souveraineté nationale. C’est une politique de fait accompli appliquée par Jovenel décidée par  Washington à partir de son modèle de démocratie réduite, synonyme du totalitarisme. Ceci n’est pas  acceptable que la volonté de tout un peuple soit confisquée par un seul homme malgré la mise en garde lancée par la Constitution en ses articles 58 et 59. Dans une démocratie, les citoyens doivent pouvoir jouir de leur liberté politique en élisant leurs représentants à tous les niveaux.

L’indifférence de la communauté internationale est une cause de responsabilité. Comme le simple citoyen, elle sait que le gouvernement actuel a la maîtrise de ses gangs. Si les gens sont kidnappés et massacrés, les femmes et les filles violées, c’est parce que les autorités le permettent. Tout est connu, les bandes armées ne nuisent ni au gouvernement en place ni à la communauté internationale. Certains analystes avancent même que ces bandits responsables de graves violations des droits humains constitueraient des armées privées au service du capitalisme financier. Car rien ne peut justifier que les États-Unis, le Canada et la France composent avec un régime illégal et corrompu. La partialité du Core Group à s’ériger en Cour constitutionnelle pour décider que Jovenel Moïse reste au pouvoir en 2022 n’est-elle pas une nouvelle preuve des préjugés que des grands pays occidentaux ont toujours cultivés vis-à vis d’Haïti ?

Qu’est-ce qu’il y a lieu de comprendre dans la position de la communauté internationale ? Testons les faits et fixons les responsabilités sans complaisance et faux-fuyant.

À travers les ambassades occidentales en Haïti, maîtres du jeu politique dans ce pays, la communauté internationale a forcé les Haïtiens à approuver une politique inefficace et une « réforme » constitutionnelle douteuse. Ce faisant, ils fomentent une crise et des troubles pour suspendre le rêve du peuple haïtien de vivre dans une société haïtienne démocratique.

En dépit des déclarations de bonne intention ou de principe, les pays puissants réunis au sein du Core Group n’interviendront jamais pour faire cesser ces crimes d’horreur parce qu’ils jugent que les Haïtiens sont indignes pour une démocratie véritable. En accord avec la logique marchande, ils interviendront seulement si leurs intérêts commerciaux et économiques sont danger.

Haïti doit tout repenser y compris ses rapports avec la communauté internationale. Repenser Haïti, c’est d’abord mettre la communauté internationale à sa place, comme l’a souligné Daly Valet. Cela ne doit pas être une parole infertile. L’État lamentable d’Haïti est le résultat en partie des défaillances de nos élites locales. La responsabilité de ces dernières dans cette immense faillite ne suffit pour dédouaner la communauté internationale, de même que la domination brutale de l’international n’exonère pas non plus la responsabilité haïtienne. Toujours est-il que les puissances impérialistes ne reconnaissent pas aux Haïtiens le droit de se prononcer sur les affaires de leur pays : c’est en tout visible et même consacrée.

Sinon, comment expliquer que les élites des églises protestantes et catholiques, les universités haïtiennes, les organisations des droits humains, les intellectuels, en un mot les forces vives de la nation qui se sont prononcées sur la fin du mandat de Jovenel Moise ne se sentent pas indignées devant l’arrogance de cette communauté internationale ?

Changeons de paradigme !

Au niveau local, Il faut être conscient de notre faiblesse à dire non et à nous opposer à l’inacceptable. Pour défendre l’intérêt national, il faut être en constante dignité. Car, l’indépendance signifie l’autogestion, accompagnée d’un droit d’initiative même limité. Ces rapports sont totalement inégaux. Et le développement d’Haïti passe par un changement de paradigme, c’est-à-dire que nous devons voir les États-Unis comme un partenaire et non comme un dominateur exclusif dont on accepte à la fois le secours et l’humiliation. Si nous voulons être une nation souveraine, nous devons nous assumer pleinement.

À travers l’histoire, les États-Unis nous ont piétinés mais on ne peut pas passer sous silence les défaillances, les vols, le pillage de nos ressources par nos propres dirigeants. Quand on demande la charité à quelqu’un, on ne peut lui imposer des règles.

Notre siècle caractérisé par l’interdépendance des nations est celui « du donner et du recevoir », pour répéter Léopold Sedar Senghor. Nous devons mettre fin aux rapports qui ne sont profitables qu’aux États-Unis pour construire un partenariat gagnant gagnant. Mais pour réussir ce pari, nous devons  hisser à la tête de l’État des dirigeants éclairés, compétents et patriotes. Cela passe nécessairement par une reconversion des élites locales qui doivent être rééduquées sur de nouvelles bases et de nouveaux principes afin de pouvoir cerner un nouveau futur pour leurs populations dans cet ensemble global.

L’intrusion brutale des pays occidentaux dans les affaires haïtiennes pour imposer un mode de comportement voudrait-elle dire que les Haïtiens sont moins dignes pour vivre dans une société dominée par les règles de droit et les principes démocratiques ? C’est pourquoi il faut interroger et confronter les États-Unis sur leurs propres valeurs et les idéaux qu’ils prétendent défendre. Dans bien cas, les Américains ont montré que leurs intérêts commerciaux et économiques de leurs multinationales sont beaucoup plus importants que la défense de la démocratie, de l’État de droit et des libertés fondamentales. Ces intérêts qui sont au-dessus de tout, sont soutenus d’une administration à l’autre, ce qui explique que l’attitude de Joe Biden n’est pas différente de celle de Donald Trump. Dès lors, on se demande ce qui est advenu des principes démocratiques que les États-Unis disent vouloir promouvoir dans le monde et notamment sur le continent américain ?

Il y a cinq ans, j’ai soutenu dans mon projet de thèse de doctorat en droit que « la menace aujourd’hui  pour les États du sud, ce sont pas les armées étrangères mais les investissements directs étrangers ». Dans la logique du marché, ils apparaissent comme une nouvelle forme de colonisation du territoire de l’État qui accueille ces investissements. Le contrôle du territoire passe par la maîtrise des questions juridiques. La rédaction d’une nouvelle Constitution décidée par le régime actuel  consacrant le totalitarisme est conforme à la stratégie des impérialismes pour empêcher que les peuples accèdent à la liberté. Toute résistance à ce projet et au régime du PHTK pour le démasquer  ou le bannir est criminalisée.

Faisons le décompte de la politique américaine !
En effet, le support implicite d’une majorité d’Haïtiens à « Fantòm 509 » qui tente d’imposer au pays ses vues dans le sens de ses propres intérêts sectoriels par la violence des armes
est simple : dans toute lutte, dans toute révolte, il y a une forme de désespoir qui est le résultat d’un certain gâchis d’espérance. Le désespoir est silencieux et nourrit la haine. La violence de l’oppresseur justifie la réaction violente de l’opprimé. Ce n’est à l’oppresseur de dire à l’opprimé de quelle arme il doit se servir pour se libérer de l’oppression.

A-t-on déjà fait le décompte de la politique américaine en Haïti, soit directement, soit à travers des régimes antinationaux qu’ils ont placés à la direction d’Haïti? Je répète que l’anti-américanisme est stérile et contre-productif. Ce qui s’est passé dans l’histoire, on le sait. Cela doit nous permettre d’organiser notre présent et futur. L’oubli est souvent pardon de soi disait Piaget. Nous devons oublier certaines choses néfastes dans l’histoire de ces deux nations pour faire place à de bonnes. Pour cela, nous devons pacifier les mémoires et penser l’avenir avec pragmatisme afin de concevoir des stratégies politiques pour contrer le système politique violent et provoquer des changements structurels en faveur de la démocratie économique et de la justice sociale.

Si on dénonce et demande la fin de la domination américaine, ce n’est pas pour en rechercher une autre, donc un autre refuge impérial. C’est précisément parce que nous optons pour une autre perspective dans laquelle l’équilibre sera profitable qu’aux deux pays.

Le comportement de la communauté internationale ne fait qu’enfoncer davantage Haïti dans le chaos. Son soutien inconditionnel à Jovenel Moise qui considère l’État comme sa propriété est incompréhensible et révoltant. Le bon vouloir du Prince doit cesser d’être la norme dans une société qui a choisi se gouverner sur la base des règles de l’État de droit. Défendons la liberté, cette part éternelle qui est en nous, cette liberté acquise non donnée !

Sonet Saint-Louis av

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker