Charles, le journaliste, son micro et son patron Laurent

(TripFoumi Enfo) – L’intimidation de ceux, jeunes, qui portent tout le temps un petit chapeau noir avec un bâtonnet, pour faire croire qu’ils sont francs maçons ne se tient plus. Par ailleurs, les journalistes, usant de leur micro, ne se prennent aucune distance des reproches, et s’affichent au grand jour avec des fraudeurs, des épinglés de tas de scandales. C’est le cas de Charles.

Si Haïti est prête à n’être plus, Charles est l’un des responsables. Usant de son micro, il n’a pas seulement participé à l’élection d’incompétents et voleurs de grand chemin, il a également tout fait pour détruire la lutte contre les dilapidateurs du fonds PetroCaribe, en non seulement proférant des propos mensongèrs, et aussi en créant de faux leaders pour disperser la lutte. Il n’est pas le seul à faire ce travail.

On se rappelle du moment où, ses petits moutons ont répandu la fausse allégation selon laquelle des jeunes Petrochallengers auraient pris une somme faramineuse des acteurs de la bourgeoisie pour faire des maillots et des banderoles. À l’instar de celui qui dit mettre fin aux éditions d' »invités sonores », ils ont aussi effectué une interview – du jamais entendu – avec un certain Sherley qui serait tête de pont d’une certaine structure de jeunes dressant des différends avec les Petrochallengers, se réclamant aussi Petrochallenger, paradoxalement.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop:https://t.me/TripFoumi!

Aujourd’hui, Haïti, de bas, de haut, peu importe, est au fond du gouffre. Mais, Charles danse, anime, avec fierté, l’anniversaire de l’échec de cette bataille pour le changement du pays, avec, à ses côtés, son patron.

Charles n’a jamais été disciple de Jésus, il ne saurait être que disciple de Laurent – perçu comme nouveau Lucifer de ce peuple en détresse. Qu’en est-il de Pierre maintenant, va-t-il finir par avouer le nombre de torts qu’il a faits au pays par l’utilisation malveillante des oreilles attentives de son auditoire, ou laissera-t-il à Paul d’en témoigner étant grand apôtre de la misère haïtienne ? En tout cas, Haïti meurt à petit feu, il y a pas de débat là-dessus.

Charles a du quitter le pays pour aller fêter ailleurs, laissant derrière lui l’insécurité – dont lors de la confection, il a mis une Pierre. Dans les bras de Laurent, les yeux doux et le coeur tendu, Charles se fond… Amoureux du pognon, des contacts et de la mode, le journaliste qui profère des menaces à tout bout de champ à ses collègues est d’une arrogance énorme – ceci n’est pas une nouvelle.

Néhémie, lui aussi, n’a jamais été fils de Jésus, mais fut quand même discipline du changement par le biais de Joseph. À force de s’accrocher à son rêve d’une Haïti meilleure, il a été dépouillé de sa vie. Charles indexé. Justice, laquelle ?

Maintenant, « Faisons en sorte que le cri des gens à Martissant ne parviennent à Nous… Banm yon ti volim. », demande Laurent à Charles. Hélas !

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker