Les retards de paiement de certains pays mettent l’ONU en grande difficulté

Pour contrebalancer les retards de paiement de certains pays, spécifiquement les Etats-Unis, le secrétaire général de l’Organisation des Nations-unies( ONU) Antonio Guterres a élaboré un plan d’économie exceptionnel qui va permettre à l’organisation de, souligne-t-il, contenir ses coûts.

Le montant d’argent qui doit être disponible pour couvrir les dépenses des trois prochains mois s’élève à 950 millions de dollars américains. Or, depuis fin septembre, le budget de l’institution est au rouge.

Pour pouvoir tenir, le secrétariat de l’ONU cherche à réduire au maximum les dépenses jugées non nécessaires. En effet, certains documents officiels restent sans traduire, le gel de l’embauche, les voyages des diplomates sont strictement limités et des rencontres non importantes sont annulées.

Cette mesure concerne non seulement le siège de New York, mais aussi les Antennes de Genève, Vienne, Nairobi, ainsi que les quatre commissions régionales. Selon Antonio Guterres, l’ONU fait face à son déficit le plus grave de la décennie. Malgré que les paiements partiels de certains pays ont été déjà versés et assurent le règlement des salaires de novembre, la situation reste toujours corsée.

Des pays comme les Etats-Unis, le Brésil, l’Argentine, l’Iran, le Mexique, Israël et le Venezuela sont les 7 mauvais payeurs qui représentent pourtant 97 % de l’argent manquant. Pour l’exercice 2019, les Nations-Unies devraient encore recevoir 1,3 milliards de dollars sur un budget de 3 milliards.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker