Nouvelle constitution, est-ce pour éventuellement donner plus de pouvoir à Michel Martelly ?

Doter le pays d’une nouvelle constitution est le nouveau crédo du parti au pouvoir. L’une des conditions sine qua non pour une sortie de crise. Mais là où le bât blesse pour les acteurs c’est que cette réforme constitutionnelle se prononce trop en faveur d’un régime présidentiel fort avec un Michel Martelly à l’horizon électoral.

Intransigeante sur la question du mandat de Jovenel Moïse, aujourd’hui, la présidence a fait un nouveau calcul. « Je partirai après avoir réalisé les réformes auxquelles je suis attaché », a affirmé le chef de l’État dans une tournée dans le Nord du pays.

La nouvelle constitution que le premier citoyen haïtien dit prendre à coeur a, dit-il, pour objectif principal de donner plus de pouvoir à l’exécutif, arguant que le parlement a trop de pouvoir. Et, lorsqu’on considère les agissements-provocateurs de Michel Joseph Martelly, il est clair que ce dernier présente le comportement d’un type en pleine démonstration de popularité liée à une campagne électorale.

De ce constat, il y a possibilité d’accommodation entre le président actuel et l’ancien président, aux termes d’une redevance politique (puisque Michel Joseph Martelly s’était donné à fond pour l’élection de son poulain), avec le comportement délétère non stoppé par l’État, qui a la marque d’une démonstration de force politique, électorale.

Donc, il y a aussi possibilité de déduire que la lutte acharnée à laquelle Jovenel Moïse s’adonne a pour objectif de léguer un meilleur héritage à son parrain. La voie lui sera libre, large et incontrôlable.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker