Au moins 6 personnes dont 2 ressortissants américains kidnappées en moins de 48 heures en Haïti


(TripFoumi Enfo). “Haïti est invivable”, a déclaré Luis Abinader lors de sa campagne électorale présidentielle. Alors que nous étions en train de nous préparer pour célébrer la Noël en dépit des moments de déboires auxquels nous nous sommes confrontés, les actes de kidnapping se sont multipliés et personne n’est épargné. Le président de la République Jovenel Moïse, le chef du gouvernement Joseph Jouthe, le ministre des Haïtiens Vivant à l’Étranger Louis Gonzague Edner Day ainsi que le Directeur Général de la Police Léon Charles avaient tous invité la communauté haïtienne de la diaspora à venir en Haïti à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Une invitation qui a été rejetée d’un revers de main par la majorité des Haïtiens vivant à l’extérieur en raison de l’insécurité grandissante qui sévit depuis plusieurs mois dans le Pays. Les gangs armés imposent leur loi en toute impunité au sein de la population où même les agents de l’ordre ne sont pas exempts.

Au moins 6 personnes dont deux membres de la diaspora haïtienne ont été kidnappées par des individus armés en moins de 48 heures malgré les différentes mesures qui avaient été annoncées par les autorités policières pour traquer ces malfrats. Jean Raynold Saint-Hilaire (cadre de Food for the Poor) et Berthony Sylva (Technicien de laboratoire à l’HAM) ont été enlevés par les bandits du gang “Baz gran grif” sur la route nationale #1 à hauteur de Carrefour Peye dans nuit du 22 au 23 décembre dernier.

Selon un membre de la famille contacté par la rédaction de TripFoumi Enfo, malgré le versement de plus de 100 mille dollars, les ravisseurs ne les ont toujours pas relâchés. Un mouvement de protestation a eu lieu ce vendredi 25 décembre au niveau de la commune de Gros-Morne bloquant ainsi l’accès à la route nationale #5 pour exiger leur libération.

Définitivement, le phénomène du kidnapping en Haïti dévient de plus en plus inquiétant. Presqu’à chaque instant, plusieurs personnes se font enlever, séquestrer et libérer contre rançon. Les kidnappeurs fonctionnent en toute impunité au vu et au su de tous. Au total, au moins 6 personnes ont été enlevées en Haïti durant les dernières 48 heures, où de fortes sommes d’argent sont exigées en échange de leur liberté.

Ce jeudi 24 décembre, Wisline Montas a été kidnappée non loin de son restaurant dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Les ravisseurs exigent 1.5 million de dollars américains pour libérer la victime.

Le président de la Division Interaméricaine des Adventistes du 7-Eleven Jour (DIA), le Dr Élie Henry ainsi que sa fille Irma évoluant à Miami, Floride eux aussi n’ont pas été exempts. Ils ont été kidnappés également dans l’après-midi du 24 décembre, alors qu’ils étaient en mission ecclésiastique, administrative et familiale en Haïti après avoir participé à un culte d’adoration.

La dernière victime en date connue est l’étudiant Dégraphe Grégory Sanon. Le jeune professeur archelois est porté disparu depuis tantôt deux jours, il se trouve pour l’instant entre les mains de ses ravisseurs qui auraient exigé plus de 50.000 dollars américains en échange de sa libération.

Il faut souligner que le week-end dernier plusieurs personnes ont été kidnappées dont un enfant de 10 ans, fils d’un citoyen américain d’origine haïtienne, un technicien en aviation où ce dernier a été sévèrement tabassé par les bandits au niveau de Dame-Marie, département de la Grand’Anse.

Au moins trois membres de la diaspora haïtienne se font kidnapper en Haïti en moins d’une semaine. Que dirons nous donc à l’égard de ces choses? Qu’attendons-nous pour nous soulever contre ces choses? Il est grand temps de dire non, Haïti doit renaître de ses cendres, le cri de plusieurs milliers Haïtiens.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker