Un jeune haïtien tué par la police bahaméenne

(TripFoumi Enfo) Comme tant d’autres actes de brutalité et de racisme dont sont victimes nos compatriotes à longueur de journée en terre étrangère, voici une cruauté qui risque de passer sous silence, sans qu’aucun regard n’y soit porté par les autorités haïtiennes.

Un jeune immigrant haïtien dénommé Steven Charles a reçu des balles en plein plexus solaire de la part des agents de la police bahaméenne, le mardi 22 juin 2021, à Bahamas, au moment où le jeune homme s’occupait de ses activités habituelles. Cet incident malheureux et affreux survient alors que l’on tentait de calmer le jeune homme qui manifesterait, inhabituellement, des actes attribuables à un trouble psychologique.

Le représentant de l’organisation « diaspora en action », M. Céliner Saint-Louis, dit condamner avec la dernière rigueur cet acte odieux. Il poursuit pour dire que cet agissement arbitraire est très loin d’être le premier auquel il assiste depuis son installation à Bahamas depuis plus d’une décennie. Il nous confie que la brutalité, l’arbitraire, les traitements dégradants et inhumains, discrimination, abus de la situation irrégulière des haïtiennes et haitiens au travail, pour ne citer que ceux-là, sont les lots quotidiens des haïtiens vivant au Bahamas.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

L’homme qui parlait au nom de toute la diaspora haïtienne au Bahamas fait croire que beaucoup d’haitiens sont très exposés là-bas où ils croyaient pouvoir découvrir les cieux cléments pour lesquels ils se sont péniblement sacrifiés.

Pourtant la communauté haïtienne vivant à Bahamas est la plus grande, parmi les communautés étrangères selon la minority right group international. Selon le BBC, les recensements de 2019 révèlent que 80 000 haitien-ne-s vivent sur toute l’archipel de Bahamas qui compte une population de 350 000 habitants. Toutefois, leur nombre important n’empêche qu’ils soient vulnérables, tant ils/elles sont laissé-e-s pour compte par les autorités de leur propre pays.

On ne s’étonne pas de ce que les autorités haïtiennes ne réagissent pas à cet incident, les connaissant. Mais, il faut comprendre que les traitements que les citoyennes haïtiennes et les citoyens haïtiens subissent à l’étranger sont les répliques ou la reproduction de ceux que les autorités haïtiennes infligent aux haïtiennes et les haïtiens.

Alors, on peut justement comprendre pourquoi elles sont toujours indifférentes faces aux violations des droits des citoyennes et des citoyens sus-dit-e-s. Loin de nous l’idée qu’elles ne connaissent pas ce que veut dire le respect de la dignité humaine. D’ailleurs, Jovenel Moise a l’habitude de se montrer indigné face aux atteintes portées à la vie des étrangers : on se rappelle le policier français poignardé ? Mais qu’en serait-il si c’était un haïtien ? On connaît la situation trop précaire même des policièr-e-s haïtien-ne-s.

Quand est-ce que les droits fondamentaux de nos compatriotes haïtien-ne-s vivant en terre étrangère seront-ils respectés ?

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker