BrésilPolitique

La Commission d’amnistie du Brésil refuse d’indemniser Dilma Rousseff

(TripFoumi Enfo) – La Commission d’amnistie du gouvernement brésilien a rejeté ce jeudi la demande d’indemnisation demandée par l’ancienne présidente Dilma Rousseff (2011-2016) pour avoir été victime de persécutions politiques pendant la dictature qui a gouverné le Brésil entre 1964 et 1985.

Rousseff, qui a été arrêtée et torturée pour ses liens avec un groupe d’opposition à la dictature, a demandé le versement d’une pension de 10 700 réals (environ 2 140 dollars) par mois en compensation pour avoir perdu son emploi dans une entreprise publique après avoir subi des persécutions politiques.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

La Commission d’amnistie, créée par le gouvernement en 2002 pour répondre aux demandes pécuniaires des victimes de la dictature, a rejeté la demande au motif que Rousseff avait déjà bénéficié d’une amnistie et d’une indemnisation pour la même raison par le gouvernement régional de Rio.

Les douze membres de la commission, dans une décision unanime, ont conclu que la dirigeante du Parti des Travailleurs (PT) de gauche est déjà reconnue comme victime de la dictature dans quatre États différents, dont l’un, Rio Grande do Sul, lui a accordé une compensation pour les pertes économiques subies.

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a célébré la décision dans son émission hebdomadaire sur les réseaux sociaux et s’est même moqué de l’ancien président.

« Peut-être que plus tard, quand un gauchiste reviendra au pouvoir, ce qui, j’espère, n’arrivera pas, vous toucherez une autre pension », a déclaré Bolsonaro avec ironie après le verdict de la commission.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker