À la une

Michel Martelly, désormais « persona non grata » à Paris, à Montréal et à Miami

(TripFoumi Enfo) – À environ un an de l’assassinat de son protégé Jovenel Moïse, Joseph Michel Martelly ne cesse d’être pointé du doigt dans la communauté internationale. Désormais, l’ancien Chef de l’État, sur lequel pèsent des soupçons de corruption, n’est plus la bienvenue même en enfilant son costume de musicien.

Le week-end écoulé, Sweet-Micky a accusé un véritable revers à Paris. Alors qu’il devait participer à un barbecue, en Seine-Saint-Denis, à l’Orée du Stade de France, sa voiture a essuyé des jets de pierres et de bouteilles. Une foule en colère a contraint Joseph Michel Martelly et son équipe à rebrousser chemin.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Quelques jours plus tôt, la Fédération de la Diaspora Haïtienne d’Europe (FEDHE) basée en France, avait interpellé l’édilité sarcelloise en arguant que Michel Martelly était « une personnalité très controversée qui fait allègrement l’apologie de la violence, notamment contre les femmes, envers lesquelles il manifeste un profond mépris et une misogynie certaine ».

L’ancien Président est surtout accusé par la diaspora haïtienne d’être à l’origine, voire complice, de la situation critique que traverse le pays, ponctuée d’une instabilité politique interminable, de corruption, de gangstérisation et de violence extrême. Certains vont même jusqu’à l’accuser d’être en lien avec les gangs qui sèment la terreur dans le pays.

Ce n’est pas la première fois que Michel Martelly est chahuté, pourchassé par un groupe d’individus.

En mai dernier, il n’avait pas pu effectuer sa prestation lors du « Best of Haïti Music Fest » à Miami, à l’occasion des célébrations de la Fête du drapeau. Et en 2019, on se rappelle que ces concerts à Montréal avaient été annulés.

Les villes de New York, Miami, Montréal et Ville Sarcelles en France, ont déclaré Michel Martelly « Persona non Grata » pour les crimes violents, les enlèvements et les crimes liés aux gangs commis contre des personnes innocentes, enfants, hommes et femmes. Il serait l’un des principaux chefs de gangs qui terrorisent actuellement le peuple haïtien, en croient mordicus les haïtiens de la communauté internationale.

Laissant loin Port-au-Prince avec sa population en détresse et à la merci des gangs armés fédérés par son régime, Michel Martelly, après l’échec cuisant à Little Haïti, le 21 mai de l’année en cours, veut continuer à fréquenter les boîtes de nuit ou les discothèques pour produire.

Partout où il prévoit de monter sur scène, États-Unis, France, Canada ou autres, Martelly a été refusé en raison de la violence, de l’indécence et d’un langage vulgaire inapproprié qui représentent les maîtres mots de ses tubes.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker