Le secteur démocratique et populaire rejette la commission présidentielle de dialogue

Depuis le déclenchement des mouvements anti- Jovenel le 6 et 7 juillet 2018, le pays s’enfonce dans une crise profonde qui met à genoux les principales institutions de la République. Une fois de plus, pour tenter de résoudre la crise, le Chef de l’État a créé une commission afin de faciliter un tandem entre les différents protagonistes, laquelle commission rejetée par le secteur démocratique et populaire.

Selon les déclarations de Me André Michel sur son compte twitter, le secteur démocratique et populaire s’enfiche de cette commission présidentielle mort-née de dialogue. D’ailleurs, cette commission n’a pas de crédibilité, poursuit le porte-parole de cette frange de l’opposition.

D’après Me Michel, le locataire du Palais National fait feu de tout bois pour détourner l’attention de la population de son vrai objectif. « Nous n’allons pas nous éterniser à parler de cette commission mort-née. Déjà nous avons mis le cap sur la journée de mobilisation nationale du 11 octobre prochain », lit-on dans ce tweet.

La solution de cette crise passe inévitablement par le départ de Jovenel Moïse, a-t-il conclu.

Il faut toutefois souligner que cette commission n’est pas la première. Après l’échec des États généraux sectoriels de la nation, Jean Henry Ceant a initié un pacte de gouvernabilité qui n’a pas non plus réussi. Il faut maintenant attendre les résultats de cette dernière structure.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker