Des agriculteurs dominicains demandent de stopper l’expulsion des Haïtiens

Les agriculteurs dominicains exigent la suspension de la déportation massive des travailleurs Haïtiens sans papiers par les autorités. Si ces opérations se poursuivent, la collecte actuelle de la plantation d’haricots s’effondrera, car ces travailleurs représentent 95% de la main-d’œuvre, ont affirmé les planteurs.

L’avertissement est fait par les dirigeants des principales associations d’agriculteurs et de meuniers, qui demandent une trêve à la Direction générale des migrations et au ministère de la Défense, jusqu’au processus de collecte, de transport et de déchargement, des parcelles aux centres de rassemblement.

La question a été abordée par Alejandro Ramírez Bidó, Eladio Arnaud Santana, Stelin Montilla, Pablo de la Rosa, Henry Rodríguez et Agustín Báez, les principaux dirigeants des associations agricoles, lors d’une réunion avec le colonel Ramón Belén Pichardo, commandant de la troisième brigade de l’armée de la République Dominicaine.

Ils ont également dénoncé le fait que les militaires pénètrent dans les fermes au petit matin, cassent les portes, pour procéder à l’arrestation des travailleurs haïtiens, et disent-ils, les dépouillent de l’argent, des téléphones portables et d’autres effets personnels qu’ils possèdent, une action décrite comme une violation des droits de l’homme.

«La culture des haricots demande beaucoup de main-d’œuvre, car 90% de ces travaux se réalisent suivant des méthodes artisanales qui datent de plus de 50 ans. En ce sens, le président Danilo Medina Sánchez doit ordonner l’arrêt immédiat de ces rapatriements», ont-ils déclaré.

Plus loin, ils ont soutenu que la main-d’œuvre haïtienne est essentielle pour le secteur agricole dominicain, ainsi que pour les travaux de construction.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker