Cuba condamne les sanctions génocidaires américaines en pleine expansion du Covid-19

Les dirigeants cubains ont dénoncé les sanctions américaines contraignant l’entrée de matériels sanitaires sur l’île, malgré la crise du Covid-19. Plus de 600 cas d’infections dont 15 décès sont déjà recensés sur l’île.

Le gouvernement cubain a qualifié de « cruelles et génocidaires » le renforcement des sanctions américaines, alors que les cas de COVID-19 se multiplient sur l’île. Cette République, dirigée par les communistes, sous embargo économique américain depuis plus de 60 ans, compte près de 600 cas de COVID-19 sur une population totale de plus de 11 millions d’habitants, dont 15 décès.

« Le blocus économico-financier des États-Unis est le système de sanctions le plus injuste, le plus sévère et le plus prolongé de tous les temps, appliqué par un pays contre un autre », a déclaré un directeur représentant le ministère de la santé, Nestor Marimon. « Le système de santé est le plus touché, car il affecte le bien-être de notre peuple. Le blocus est encore plus cruel et génocidaire qu’il ne l’est normalement… quand nous n’avons pas d’épidémie. », a-t-il renchéri.
« Il est très difficile d’acheter du matériel, des fournitures, des médicaments. Nous sommes obligés de les acheter sur des marchés lointains qui doublent, triplent les coûts et, souvent, ils arrivent en retard », a déclaré M. Marimon.

La plupart des banques et entreprises internationales refusent de livrer des matériels sanitaires sur le marché cubain, malgré une modification du régime des sanctions américaines, adoptée en 1992, permettant, théoriquement, l’entrée de médicaments dans la nation insulaire située au Nord des Caraïbes par risque de représailles.

La situation devient plus grave avec la crise du Covid-19 où les États-Unis s’adonnent à intercepter les équipements sanitaires provenant de la Chine destinés à ses propres partenaires dont la France et le Canada ont qualifié de « piraterie ».

Cuba s’est récemment plaint qu’une cargaison de kits de tests, de masques et de respirateurs donnés par le groupe chinois Alibaba n’est pas arrivée, parce que les États-Unis les ont confisqués en cours de route.

De son côté , le président cubain, Miguel Díaz-Canel Bermúdez qualifie la posture américaine d’atteinte grave au respect des droits de l’homme pourtant prôné par les États-Unis. « Le blocus criminel du gouvernement impérial viole les droits de l’homme du peuple cubain. », a-t-il écrit mercredi sur Tweeter.

Source: Zero Hege

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker