Un adolescent a passé plus d’un an en prison pour avoir volé un plat de nourriture à son voisin

Dans le but de lutter contre la surpopulation carcérale durant la période du Coronavirus, les autorités judiciaires du pays ont rendu visite au Centre de réinsertion des mineurs en conflit avec la loi (CERMICOL) et ont procédé à la libération de 11 mineurs, dont l’un âgé de 16 ans qui a passé plus d’un an derrière les barreaux pour avoir volé un plat de nourriture à son voisin.

L’annonce de cette nouvelle a suscité de vives réactions au sein de la population haïtienne, où plus d’un s’interrogent sur la faiblesse de l’appareil judiciaire haïtien, qui devient un instrument entre les mains des plus offrants.

Ce mineur de 16 ans a été arrêté et incarcéré pendant plus d’une année pour avoir volé un plat de nourriture alors que les dilapidateurs du fonds Petrocaribe se promènent partout dans le pays. Les gangs armés, les narco trafiquants, les kidnappeurs sont libres de tout mouvement, ils circulent en toute impunité. Qu’en est-il du rapport de la DCPJ sur les différents massacres perpétrés à la Saline où les noms des grands commis de l’État ont été cités ? Ne peut-on donc pas conclure que la justice haïtienne est injuste et mérite d’être jugée? Peut-on encore parler d’une justice pour tous ? Est-elle vraiment une femme aux yeux bandés ?

À rappeler que plusieurs grandes personnalités de l’appareil judiciaire étaient présentes dans cette délégation, citons entres autres, le commissaire du gouvernement près le Tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant, le doyen du TPI, le magistrat Bernard Saint-Vil et le secrétaire d’Etat à la jeunesse, Charlot Jacquelin Junior.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker