Moïse Jean-Charles est un « vagabond » à déconstruire, affirme Edmonde Supplice Beauzile

(TripFoumi Enfo) – L’ancienne sénatrice Edmonde S. Beauzile attaque de plein fouet la crédibilité du leader de Pitit Dessalines, Moïse Jean-Charles. La campagne d’aspersion et et de désinfection des lieux publics lancée par l’ancien parlementaire a été financée par Jovenel Moïse, dénonce la Présidente du Parti Fusion des Sociaux-Démocrates Haïtiens.

« Si justice il y avait » Moïse Jean-Charles ne devrait plus être qualifié à poser sa candidature. Sur les ondes de Magik 9, Edmonde Supplice Beauzile a mis à nu le leader de Pitit Dessalines, Moïse Jean-Charles qu’elle présent non seulement comme un leader primaire, mais également le qualifie « d’opposition forgée par Jovenel Moïse ».

Pour asseoir ses accusations, l’ancienne candidate malheureuse à la présidence s’est référée notamment à la campagne d’aspersion et de désinfection des lieux publics lancée, mai dernier, au gymnasium du Cap-Haïtien par le parti Pitit Dessalines. En effet, pour combattre la Covid-19, le parti a été dans les départements du Nord, du Nord-Est et du Nord-Ouest sous la direction du secrétaire général du parti, à savoir M. Moïse.

Les matériels utilisés lors de cette campagne, dénonce Edmonde Supplice Beauzile, sont un « don du gouvernement » accordé à M. Moïse. D’ailleurs, souligne la Présidente de la Fusion, l’ancien sénateur n’a lui-même toujours pas informé sur leur provenance. «Un journaliste lui a demandé où il a pu se les procurer du fait qu’à ce moment, il n’y avait ni vol ni arrivage de bateau au pays ». Mais Moïse Jean-Charles n’a rien répondu, simplement parce que ce sont « des restes de matériels de choléra », explique Madame.

Et pour quiconque voudrait douter des propos avancés, Edmonde S. Beauzile assure avoir mené des enquêtes. C’est par elles que l’opposante active au Pouvoir en place confirme l’entreposage desdits équipements à un « dépôt sis à Delmas 19 ».

Pour la dirigeante de parti politique, l’ancien maire de Milot joue en faveur du PHTK. « À chaque manifestation, il trouve une façon pour déranger le cours des choses », dénonce-t-elle.

Ont été cités, entre autres, le drapeau noir et rouge hissé à Vertières deux ans plus tôt par l’homme politique, puis le parcours d’une manifestation détourné de Petion-Ville vers l’ambassade. Mais, le plus récent demeure le démenti apporté au représentant du Secteur démocratique et populaire, Nenel Cassy, en rapport aux manifestations du 17 octobre 2020.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker