Pour Marteen Boute, l’identification des clients ne va pas résoudre le problème de l’insécurité en Haïti

(TripFoumi Enfo) – Le Conseil Nationale des Télécommunications, CONATEL a informé lors d’un point de presse accordé ce mardi 3 novembre, que les compagnies de téléphonie mobile devront vérifier l’identité des clients lors de l’achat d’une carte SIM. Une décision importante, mais qui mérite d’être mieux prise en compte selon le patron de la DIGICEL Marteen Boute. Ce même mardi, le CONATEL a lancé une campagne de sensibilisation baptisée « Identification des cartes SIM ».

Pour parer aux vagues d’insécurité notamment de kidnapping, le CONATEL exige désormais l’identification des clients désireux de s’offrir une carte SIM. Face à cette nouvelle obligation du CONATEL, les compagnies de mobilophonie devront réclamer une carte ou tout document d’identification de leurs clients avant de procéder à la vente.

Toutefois, le Président directeur général de la Digicel témoigne de l’insuffisance d’une telle mesure. L’identification des cartes SIM sur tout le territoire ne va pas arrêter les actes de kidnapping ou d’autres actes criminels qui se font à travers un téléphone, a-t-il affirmé. Pour s’expliquer, l’entrepreneur haïtien souligne que pour entrer en contact avec les proches des kidnappés, « la plupart du temps, les ravisseurs utilisent les téléphones des victimes ». Par conséquent, identifier la carte SIM dans ces conditions ne sert pratiquement pas à grand-chose.

Et pour quiconque penserait le contraire, Marteen Boute déclare être à « 100% pour l’identification des cartes SIM ». Mais il veut surtout mettre en évidence la complexité d’un tel procédé. En ce sens, M. Boute a tout d’abord soulevé le problème des gens sans aucune carte d’identité. Et en a profité pour proposer quelques éléments de solution. « Tous les gens », il a déclaré, « n’ont pas une carte d’identité valide ; il faut trouver une procédure pour que ces personnes aient accès à la communication sans qu’ils aient une carte d’identité valide ; les agents doivent être habilités à identifier une carte d’identité valide ou pas ; on doit avoir accès à la base de données de l’ONI pour vérifier que le numéro de CIN présenté est valable ».

Quant au directeur général du Conseil National des Télécommunications, il prévient que dorénavant les vendeurs de carte SIM « disposeront d’un téléphone intelligent sur lequel sera installée une application développée respectivement par les opérateurs téléphoniques pour scanner la carte d’identification ». Et bien avant l’activation de la carte SIM, l’opérateur vérifiera les informations obtenues à partir du document d’identification mis à sa disposition.

Une idée d’application que le représentant du Groupe Digicel en Haïti applaudit mais en souligne les freins. Pour la réalisation du projet, il faut plus que tout le concours de l’ONI, car « si nous n’avons pas l’intégration avec l’ONI, nous ne pourrons pas vérifier la validité des cartes d’identité », insiste ce dernier.

S’il faut identifier les cartes SIM, il faut d’autant plus le faire correctement. Sinon M. Boute craint de causer du tort à d’honnêtes gens. Puisque selon lui, « les malfrats les plus intelligents entre guillemets vont utiliser de fausses cartes ou voler les cartes d’autres personnes », pour acheter des cartes SIM avec lesquelles ils mèneront des activités malhonnêtes. Par conséquent, des innocents risqueront de se faire arrêter à la place des bandits.

« Il faut faire très attention ». Marteen Boute invite le CONATEL à résoudre correctement ce problème pour ne pas causer plus de tort à la nation. Au passage, il confirme que la Digicel a toujours collaboré avec la police dans la mesure du possible. À titre d’exemple, des données pour localiser les appels en cas de kidnapping et autres crimes répréhensibles ont toujours été fournies.

Et pour que ces informations soient exploitées à leur juste valeur, Marteen Boute demande à ce que des moyens adéquats soient mis à la disposition des policiers. Car, « il y a plusieurs maillons dans la chaîne. Chacun doit jouer son rôle ».

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker