États-Unis/USCIS: Vers l’adoption d’un nouveau test de citoyenneté

(TripFoumi Enfo) – Les résidents permanents légaux des États-Unis qui veulent obtenir la citoyenneté par naturalisation à partir du 1er décembre 2020 devront passer un test plus difficile. En effet, les immigrants devront prouver qu’ils peuvent lire, écrire et parler correctement l’anglais. Ils doivent prouver également qu’ils ont des connaissances essentielles sur l’histoire et le gouvernement des États-Unis.

Les services américains de la citoyenneté et de l’immigration (USCIS) ont annoncé vendredi la mise en place d’une version révisée de l’examen d’instruction civique pour les demandeurs de naturalisation avec une date de dépôt du 1er décembre 2020.

Le test évaluera les connaissances d’un immigrant sur l’histoire américaine, le gouvernement et les valeurs civiques, a déclaré l’agence d’immigration, qui a annoncé il y a un an la création d’un groupe de travail pour revoir et mettre à jour les questions du test.

« L’USCIS a travaillé avec diligence sur la révision du test de naturalisation depuis 2018, en s’appuyant sur les contributions d’experts dans le domaine de l’éducation des adultes pour s’assurer que ce processus est équitable et transparent », a indiqué le directeur adjoint de l’USCIS pour la politique, Joseph Edlow, dans un communiqué de presse.

Le très redouté test de naturalisation est l’une des principales conditions à remplir pour obtenir la citoyenneté américaine par naturalisation. Il y a la partie civique du test qui comprend des questions et des réponses et la section sur les compétences linguistiques.

Selon une alerte politique publiée vendredi sur le manuel politique de l’USCIS intitulé « Civics Educational Requirement for Purposes of Naturalization », il y a deux changements principaux dans le nouveau test pour la citoyenneté américaine.

Augmente le nombre de questions et de réponses à étudier : L’examen approuvé par les autorités en 2008 et jusqu’à présent en vigueur comprend une bbagatelle de 100 questions et réponses dans le cadre de la préparation de l’examen. Tandis que la version 2020 de l’examen d’instruction civique porte à 128 le nombre de questions générale de l’examen d’instruction civique.

Double le nombre de questions à répondre lors de l’entretien : Jusqu’à présent, les fonctionnaires qui administraient l’examen lors de l’entretien final avec l’USCIS, posaient un total de 10 questions sur la liste des 100, et le candidat devait répondre de manière satisfaisante à six de ces 10 questions pour réussir.

Bien que la note de passage reste à 60%, dans le test révisé, les agents de l’USCIS poseront aux candidats 20 questions au lieu de 10, de sorte que l’immigrant doit répondre de manière satisfaisante à 12 questions pour réussir.

En outre, lors du test précédent, si un immigrant répondait correctement à six questions avant d’atteindre la dernière, cette composante de l’examen prenait fin. Dans le test révisé, même si la personne répond correctement à 12 questions, l’agent doit continuer à poser les 20 questions.

Il y a une exception : L’alerte politique de l’USCIS précise que l’agence continuera à administrer 10 questions, avec six réponses correctes nécessaires, aux immigrants qui remplissent les conditions requises pour bénéficier d’une considération spéciale parce qu’ils sont âgés de 65 ans ou plus et sont des résidents permanents légaux depuis au moins 20 ans.

Les États-Unis viennent de mettre à jour une exigence clé qui pourrait retarder le cheminement d’un immigrant vers la citoyenneté

Le nouveau test supprime également les questions de géographie et modifie les questions précédentes, par exemple en exigeant des candidats qu’ils nomment trois branches de gouvernement au lieu d’une.

Il modifie également la réponse à une question sur la représentation des sénateurs américains, qui passe de tous les habitants de l’État à les citoyens de leur État, ce qui a suscité des critiques quant à son exactitude.

Sarah Pierce, analyste politique au Migration Policy Institute, un organisme non partisan basé à Washington, a déclaré à l’Associated Press que les changements apportés au test de naturalisation pourraient tripler le montant que chaque agent de l’USCIS dépense pour tester les candidats.

« Ces changements réduisent l’efficacité de cette agence déjà en difficulté », a expliqué Pierce, en faisant référence à son arriéré de demandes de citoyenneté. L’administration ajoute des centaines de milliers de minutes supplémentaires à ces examens de naturalisation.

Après avoir examiné les nouvelles questions, Doug Rand, expert en immigration et co-fondateur de Boundless Immigration, a conclu qu’elles sont plus compliquées, alors que les questions actuelles sont plutôt simples.

« Le nouveau test d’instruction civique est inutile, injustifié, trop complexe et éhontément idéologique », a écrit Rand sur Twitter. « C’est une tentative évidente de jeter un obstacle de plus devant les immigrants légalement éligibles à la citoyenneté américaine ».

Les résidents permanents légaux y ont accès à des documents d’étude approuvés par le gouvernement qui les préparent à la fois pour la partie civique et linguistique.

Le test d’anglais ne changera pas. La maîtrise de l’anglais est déterminée par la capacité du demandeur à lire, écrire, parler et comprendre l’anglais. Pour démontrer suffisamment cette capacité, la personne doit lire correctement une des trois phrases et écrire une des trois phrases.

La capacité à parler l’anglais est déterminée par l’agent de l’USCIS qui mène l’entretien.

« L’USCIS a piloté le test avec des organisations communautaires et des bénévoles dans tout le pays pendant l’été 2020 », a fait savoir l’agence, qui a utilisé les données recueillies pour déterminer la langue et la structure grammaticale des différents éléments du test.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker