Assasinat de Me Monferrier Dorval: L’Association des barreaux américains réclame la célérité dans le dossier

(TripFoumi Enfo) – Le gouvernement haïtien doit tout mettre en œuvre en vue de faire la lumière autour de l’assassinat du Bâtonnier Monferrier Dorval, a écrit l’Association des Bâtonnier américains( ABA) au Premier Ministre Joseph Jouthe, le 13 novembre dernier. L’ABA préconise, en effet, la non-ingérence de la politique dans l’appareil judiciaire pour que la vérité puisse être établie dans ce dossier. Les termes ont été rapportés par le Nouvelliste.

Dans une lettre adressée au Premier ministre Joseph Jouthe en date du 13 novembre 2020, l’Association des barreaux américains (American Bar Association, en anglais), se dit consternée par l’assassinat du Bâtonnier Monferrier Dorval et l’absence de volonté manifeste pour trouver et punir les coupables. En ce sens, elle demande au gouvernement haïtien de prendre toutes les dispositions pour que justice soit rendue au Bâtonnier le plus vite que possible. Une copie conforme a également été acheminée au Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Rockefeller Vincent.

«En tant que plus grande organisation non gouvernementale indépendante et bénévole d’avocats et de juges au monde, l’ABA considère les droits de l’homme et l’État de droit comme les pierres angulaires d’une société libre et équitable et s’engage à les renforcer aux États-Unis et à l’étranger», a écrit Patricia Lee Refo, Présidente de l’ABA rappelant que «l’assassinat de Me Dorval représente non seulement une attaque contre un individu, mais aussi un signal que les défenseurs des droits de l’homme et les opposants au gouvernement ne sont pas en sécurité en Haïti. Par conséquent, une enquête et une procédure judiciaire indépendante, transparente et sérieuse sur l’assassinat de Me Dorval sont particulièrement indispensables».

«Nous vous demandons donc respectueusement de veiller à ce que l’assassinat de M. Dorval fasse l’objet d’une enquête indépendante, transparente et approfondie», insiste l’ABA qui se dit perplexe quant au déroulement de l’enquête par devant les tribunaux haïtiens jugés inefficaces.

L’ABA rappelle les engagements du Bâtonnier par rapport à la politique du pays et sa position contre la violation des droits des Avocats qui, selon elle, peuvent servir de prétexte à l’élimination de l’homme de loi.

«Me Dorval a fait des déclarations publiques sur des sujets considérés comme controversés et a soutenu des positions qui le mettaient en désaccord avec le gouvernement actuel. Reconnue par la police haïtienne comme un assassinat, la fusillade a eu lieu à proximité du domicile du président, dans un quartier qui aurait dû être hautement sécurisé et soumis à une étroite surveillance policière. De plus, les policiers n’ont pas réussi à sécuriser la scène du crime, ce qui a conduit au cambriolage de la maison de M. Dorval et à la disparition de certaines preuves importantes. Les médias laissent entendre qu’au moins certaines des personnes arrêtées dans le cadre de l’assassinat de M. Dorval ont des liens avec le président actuel ou ses proches, et que le téléphone de M. Dorval a été géolocalisé au Palais national le matin suivant son assassinat, un des collègues de Me Dorval affirmant que les messages de ce dernier ont été lus» indique l’ABA.

Cette association qui compte plus de 400 membres demande à ce que les auteurs de ce crime soient punis indépendammenent de leur qualité et leur accointance. «Nous demandons à votre gouvernement d’enquêter et de traduire en justice les responsables tout en cherchant activement à assurer la sécurité de tous les Haïtiens, indépendamment de leur affiliation politique», a-t-elle écrit

Au moment où tous les yeux sont rivés sur le Palais National qui, dans la perception, aurait à voir dans l’assassinat du Bâtonnier, les révélations de Rosemond Jean disant détenir des indices solides pouvant conduire à l’arrestation des commanditaires du crime sont banalisées. Malgré ses demandes répétées, il n’a même pas été entendu par la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) et le cabinet d’instruction.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker