Lettre ouverte de Matris Liberasyon au Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Gutteres

Lettre ouverte de Matris Liberasyon au Secrétaire général des Nations Unies, Mr Antonio Gutteres

(TripFoumi Enfo) – Face aux dérives que connaît la République d’Haïti ces derniers mois, qu’il soit crise politique, économique et sociale, la structure « Matris Liberasyon » dirigée par l’ancien sénateur de l’Ouest Antonio Cheramy dit Kato, croit mordicus que la communauté internationale, en particulier les Nations Unies ont leur part de responsabilité. Ce, dit-elle, parce que l’ONU à travers son bureau en Haïti (BINUH) continue de soutenir techniquement et moralement, de manière ouverte surtout, un président dont son mandat arrive constitutionnellement à terme depuis le 7 février dernier. C’est à cet égard que « Matris Liberasyon » a écrit une lettre ouverte au SG de ladite organisation, Mr. Antonio Gutteres, afin qu’il prenne garde de la gravité du soutien de l’ONU à Mr. Moïse.

Lisez l’intégralité de la lettre dans les lignes ci-après !


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

March 31, 2021 Joël Leon
Port-au-Prince le 30 mars 2021

Au Secrétaire général des Nations Unies
Mr Antonio GUTTERES

Le Mouvement “MATRIS LIBERASYON” constate avec stupéfaction et amertume l’appui inconditionnel de l’O.N.U, à travers votre représentante spéciale en Haïti Madame Helen Meagher La Lime, à Monsieur Jovenel Moise qui aurait dû quitter le pouvoir depuis le 7 février 2021, son mandat ayant arrivé à terme à partir de cette date, selon l’article 134-2 de la constitution en vigueur en Haïti.

Faut-il rappeler que depuis sa création en 1948, l’O.N.U avait pour mission de maintenir la paix et la sécurité dans le monde et de promouvoir le respect des droits fondamentaux de la personne humaine ainsi que le respect des principes démocratiques. Pourtant cette démocratie prônée par l’Organisation des Nations Unies est à géométrie variable. Nous constatons malheureusement qu’elle prend des formes différentes selon le niveau de développement du pays et selon ses prouesses historiques.

En guise d’illustration, l’O.N.U, en plus de sa responsabilité directe dans l’infection de la population haïtienne par la maladie du Choléra en 2010 via la M.I.N.U.S.T.A.H, s’est impliqué une fois de plus, dans la violation systématique de la Constitution haïtienne et dans l’aggravation de l’insécurité en Haïti par son support sans faille à Monsieur Moïse dans ses dérives anti-démocratiques.

En témoignent les faits suivants :

1- La violation systématique de la Constitution en vigueur par le gouvernement de facto ;

2- Les crimes, arrestations politiques, persécutions contre ses adversaires politiques et contre les policiers syndiqués ;

3- La volonté d’organiser un référendum, quoique interdit par la Constitution de 1987 amendée, en vigueur ;

4- La prolongation du mandat présidentiel bien qu’il soit interdit par l’article134-3 de la Constitution en vigueur ;

5- L’implication du pouvoir de facto dans le renforcement et la prolifération des gangs à des fins politiques et politiciennes ;

6- Le démantèlement des institutions de contrôle de l’État ;

7- La vassalisation des 2 autres pouvoirs, Co dépositaires de la souveraineté du pays, en les rendant dysfonctionnels ;

8- La multiplication de décrets justifiant l’élan autoritaire et dictatorial de Monsieur Moïse ;

9- L’instrumentalisation de la Police Nationale à des fins politiques et politiciennes ;

Nonobstant toutes ces dérives et bien plus encore, le Mouvement “Matris Liberasyon” est consterné de constater que la représentante de l’O.N.U dans le pays, Mme La Lime continue à soutenir ouvertement Monsieur Moïse en lui apportant toute forme de support (moral, technique) dans sa démarche illégale de changer personnellement la constitution.

De plus, Madame La Lime a récemment légitimé la fédération des gangs à travers ses déclarations mal à propos voulant faire croire que la fédération de ces puissants et dangereux groupes armés qui terrorisent la population par des actes de kidnapping et d’assassinat aurait contribué à faire baisser le niveau de criminalité en Haiti.

Ce bilan combien sombre, pourtant non exhaustif, nous amène à nous interroger sur le véritable sens de la présence de la mission de l’O.N.U en Haïti. Pourquoi l’ONU, qui a toujours prôné la paix, la lutte contre la pauvreté et le respect des droits humains, encourage-t-elle l’implémentation d’une politique discrimination, de déni systématique envers le peuple haïtien en soutenant un gouvernement totalement illégal et illégitime ?

L’ O.N.U dans ses agissements en Haïti cherche volontairement ou inconsciemment à antagoniser davantage les contradictions sociales qui rongent de façon séculaire la première République noire du monde.

Le mouvement “Matris Liberasyon” reste toutefois persuadé que l’O.N.U peut toujours s’évertuer à s’enquérir de la vérité autour des faits sociopolitiques et socioéconomiques au lieu de soutenir Monsieur Moïse et son gouvernement de facto qui, dans sa gestion calamiteuse des affaires publiques, ne cesse d’appauvrir et de terroriser la population.

Ainsi, elle pourrait mieux orienter ses interventions et permettre à la population d’espérer des jours meilleurs.
Civilités !

Antoinette Duclaire Communication ML Tel : +50944454545/40209052 [email protected]

Cc : Helen Meagher LA LIME, Représentante de l’ONU en Haïti

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker