Laboule 12, Fessard et Martissant, zones de non-droit !

(TripFoumi Enfo) – Gangsteriser, voilà le verbe juste qu’il faudrait utiliser si on voulait parler de certaines zones de la région métropolitaine sur le plan sécuritaire ces derniers jours. De Martissant, entrée Sud de Port-au-Prince, en passant par Delmas 2, 4, 6 et 95 jusqu’à Laboule 12, quartier résidentiel situé au cœur de Pétion-Ville, des gangs ont pris définitivement le contrôle de ces territoires.

Le quartier de Martissant est réputé depuis quelques temps comme une zone de non-droit. Des bandits armés, en toute quiétude, imposent leur loi quand ils veulent. Après avoir observé une petite trève, ces présumés criminels ont repris du service à l’entrée Sud de la capitale. En effet, des gangs de « Ti bwa et de « Gran Ravin », depuis environ quatre jours, s’entraînent dans de combats mortels. Seuls les plus braves tentent de traverser la nationale numéro 2. Déjà, le bilan fait état d’au moins 5 morts et plus d’une trentaine de personnes blessées par balles. Donc, Martissant redevient l’endroit où la vie perd presque tout son sens, et la mort ballade dans ses rues à longueur de journée.

Il n’y a pas que Martissant comme quartier où des individus armés imposent leur volonté et s’affrontent jours et nuits sans se soucier de la présence des autorités policières. Il y a également Laboule 12 (Fessard, Desrivières, Désiré, Grenier), un quartier résidentiel de Pétion-Ville, où un puissant chef de gang connu sous le nom de TiMakak s’y installe et impose ses lois aussi.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

À écouter les déclarations de Ti Lapli, chef de « Grand Ravin », Timakak est son allié soldat. C’est lui qui alimente les hommes de Timakak en armes et en munitions. Environ une vingtaine d’armes automatiques lui a été envoyées au niveau de Laboule 12, selon les révélations de Ti Lapli. Des informations recueillies auprès d’une source fiable confirment que, le jeudi 3 juin 2021, la bande à Timakak a attaqué une patrouille mobile de police qui était présent au niveau de Laboule 12. Les présumés bandits ont saisi puis séquestré plusieurs matériels appartenant à la Police Nationale d’Haïti dont une voiture. Les policiers qui étaient à son bord ont dû prendre la poudre d’escampette afin d’échapper aux assauts des hommes de Timakak.

Les zones de non-droit ne sont pas seulement une affaire de quartiers populaires comme ceux de Martissant, de Bel-Air de La Saline etc. Laboule 12 l’est également. Ce quartier résidentiel, réputé autrefois paisible, devient une zone de non-droit où des gangs armés pillent, volent kidnappent et, parfois, affrontent d’autres groupes riveaux, jours et nuits.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker