Jovenel Moïse a connu tout simplement le revers de la médaille, selon le sociologue Iléus Papillon

(TripFoumi Enfo) – Alors que certains anciens opposants à Jovenel Moïse se sont sympathisés avec sa famille et ses proches après son assassinat crapuleux survenu dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021, d’autres se montrent pourtant plus acides envers l’ancien Chef de l’Etat et soutiennent qu’il a payé les conséquences de ses inconséquences. C’est le cas par exemple du sociologue et poète Iléus Papillon qui, dans un texte titré « le revers de la médaille », s’adresse aux partisans du PHTK et de Jovenel Moïse. TripFoumi Enfo vous invite à lire l’intégralité du texte.

Une sorte de revers de la médaille

Alors que notre Haïti s’est livrée dans une grande mésaventure faite de sang, de crimes et d’horreurs, une bonne partie de la société se comportait encore comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. 


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Je m’adresse à ce stade aux partisans du PHTK, de Jovenel MOÏSE et toute l’équipe de «bandi legal. » Jusqu’avant l’assassinat de Jovenel MOÏSE, ces gens ont fait peu de cas des crimes commis dans le pays. 

Mais, à l’instar de beaucoup d’autres citoyens Haïtiens, malheureusement, l’ancien Président Jovenel MOÏSE est assassiné dans un cycle de morts violents que lui-même, comme ancien Président, n’a pas su déjouer voire stopper. 

Il y a bien sûr des signes annonciateurs d’un probable assassinat de Jovenel MOÏSE, tenant compte que le Bâtonnier de l’ordre des Avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier DORVAL, a été sauvagement assassiné sous les barbes du Président, à Pèlerin 5, le quartier le mieux protégé de toute l’étendue du territoire. 

Ce qu’il faut comprendre. L’assassinat de Me Monferrier DORVAL dans les périmètres de la résidence du premier citoyen de la nation est un signe avant coureur, une sorte de bande d’annonces augurant l’assassinat du président de la République. Le président haïtien est assassiné! Ce n’était même pas une nouvelle car plus d’un voyaient déjà arriver ce drame sauf peut-être les crapules qui entouraient et conseillaient Jovenel MOÏSE malgré sa course vertigineuse vers le chaos et le drame.

De plus, si à quelques mètres du Palais National, il est impossible de circuler, si à moins de quelques minutes de votre Palais (résidence officielle) depuis plusieurs mois des bandits ont déposé leur caserne bloquant quatre (4) départements et vous continuez à discourir comme si rien n’était, si vous prenez la parole alors qu’on entend des tirs (d’armes automatiques), vous avez malgré tout le sommeil tranquille, c’est que Monsieur le président vous étiez déjà un cadavre ambulant. Vous étiez déjà mort avant votre mort physique. Et vos agents de sécurité le savaient.

Revenons à ce qui fait la teneur de ce papier: la demande du gouvernement haytien auprès de l’ONU pour la mise en place d’un tribunal spécial dans le cadre du procès sur l’assassinat de Jovenel MOÏSE. Cette demande me rend perplexe. C’est sans surprise une nouvelle page de honte qui s’ouvre dans le grand livre de notre histoire de peuple.

À mon avis, faire appel à l’international pour l’installation d’un tribunal spécial dans le cadre de ce procès nous invite à prendre en considération trois éléments importants:

  1. Le gouvernement haytien n’a pas confiance en sa propre justice (et c’est grave, malheureux, décevant, honteux, bizarroïde et même sidérant).
  2. Les personnes assassinées avant Jovenel n’étaient pas considérées comme des êtres humains et dans ce cas n’auront jamais justice (le gouvernement nous signale que toutes les personnes tuées dans des conditions jusque-là non élucidées sont des animaux sauvages). Peuple, si vous avez besoin de justice, demandez à l’ONU de créer une commission d’enquête pour chaque cas.
  3. Montrer aux yeux du monde qu’il y a anguilles sous roche dans le dossier de l’assassinat de Me Monferrier DORVAL, car le pouvoir en place a toujours refusé la création d’une quelconque commission internationale d’enquête sur la mort de Me DORVAL… (Alors, pourquoi demander une commission internationale pour Jovenel MOÏSE et refuser la même demande dans le cas de Me Monferrier DORVAL?)

Par ces entrefaites, en demandant que les Nations-unies mettent en place une commission d’enquête sur l’assassinat de Jovenel MOÏSE, le pouvoir Tèt Kale donne champ libre à ce que le peuple haytien exige également une commission d’enquête internationale sur les dossiers comme PetroCaribe, massacres de La Saline, de Cité-Soleil, de Bel-Air, de Delmas 32, l’assassinat de Me Monferrier DORVAL, de Diégo CHARLES et de Antoinette DUCLAIRE… 

Il n’y aura pas deux poids deux mesures. Il faut qu’il y ait une balance pour tout le monde. La mort d’un homme, c’est la mort de l’homme.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker