À la une

Au moins 3 morts dont une fillette dans un hôpital pédiatrique bombardé à Marioupol en Ukraine  


 
(TripFoumi Enfo) – La guerre continue de faire rage en Ukraine et les drames ne font que succéder. À Marioupol, ville portuaire située dans le Sud-est  de l’Ukraine, 3 personnes dont une fillette ont été tués dans un  hôpital  touché par un bombardement, attribué aux forces russes par les autorités ukrainiennes ce mercredi 9 mars. Des informations réfutées par Moscou qui dénonce une mise en scène d’un  bataillon d’ultranationalistes ukrainiens et de radicaux. 
 
C’est le maire de cette ville portuaire de 450.000 habitants bordant la mer d’Azov dans l’est de l’Ukraine qui a présenté ce bilan. Outre les 3 tués, 17 personnes appartenant au personnel médical, selon le gouverneur de Donestk, ont été blessés. 
 
Apparemment très remontés, plusieurs dirigeants occidentaux ont condamné ce qu’ils qualifient de « crime de guerre odieux ». C’est le cas par exemple de Josep Borrell et Ursula von der Leyen, respectivement, Chef de la Diplomatie Européenne et présidente de la Commission européenne. D’ailleurs, la condamnation en de termes très forts fait l’unanimité dans le camp occidental. Qu’il s’agisse de Washington, Paris, Londres ou autres.  
 
En revanche, la partie russe nie toute responsabilité dans ce bombardement. En ce sens, dans un premier temps, tout en précisant que des explications allaient être demandées à l’armée, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov avait accusé le bataillon Azov d’avoir utilisé l’hôpital comme base après avoir délogé le personnel de santé. En effet ce groupe paramilitaire ukrainien ultranationaliste, peu connu dans l’opinion publique occidentale, est souvent identifié comme des néonazis.
 
Dans un second temps, c’est le ministère russe de la Défense qui est monté au créneau pour dénoncer une mise en scène des nationalistes ukrainiens. « L’aviation russe n’a accompli aucune mission de destruction de cibles dans la région de Marioupol. La prétendue frappe aérienne est une mise en scène totale à des fins de provocation afin d’entretenir l’agitation antirusse du public occidental », a déclaré le porte-parole du ministère, Igor Konachenkov.
  
Par ailleurs, selon le maire de Marioupol, en 9 jours de siège pas moins de 1200 civils ont été tués. « Les troupes russes détruisent délibérément et impitoyablement la population civile de Marioupol », a-t-il dénoncé. Cependant, ces chiffres doivent être pris avec prudence. Car en ce genre de période, la guerre de communication occupe une place importante à côté de celle des armes.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker