Politique

Jean Charles Moïse : « Pitit Desalin n’a aucun poste au gouvernement d’Ariel Henry»

« Jean Charles Moïse n’a aucun poste au sein du gouvernement d’Ariel Henry. Que quelqu’un vienne prouver le contraire, s’il en a les moyens », a défié le leader de la Plateforme Pitit Desalin.

Invité le lundi 30 mai à la très populaire émission Ayiti kò Touni, animée par le lanceur d’alerte John Morvan Colem sur la Radio en ligne BBJ (Bat Bravo pou Lajenès), l’ancien sénateur Jean Charles Moïse était appelé à intervenir sur de nombreux sujets d’actualité brûlants dont, entre autres, l’insécurité, l’économie et la gouvernance actuelle du pays.

Le leader de Pitit Desalin était surtout interpellé sur une rumeur qui circule depuis un certain temps dans le pays, rumeur selon laquelle le ministre de l’intérieur actuel Litz Quitel serait le représentant de Pitit Desalin au sein du gouvernement.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Jean Charles Moïse, pour une énième fois, ne l’a pas fait dans la dentelle. L’ex-édile de Milot a rejeté catégoriquement cette information, niant toute négociation avec Ariel Henry pour participer à la formation de son gouvernement.

Pour preuve, le leader de Pitit Desalin a révélé que Litz Quitel avait déjà des postes au sein de nombreux gouvernements successifs, avant même l’avènement d’Ariel Henry à la tête de l’exécutif, même bien avant l’existence de Pitit Desalin.

« Quand Litz Quitel fut conseiller spécial de l’ancien président René Préval, nommé par Michel Martelly au Conseil de Caracol; et membre de plusieurs cabinets de ministres dont ceux de Alex Larsène, Michel Lapin et Claude Joseph; était-ce le choix de Moïse Jean Charles ? », a questionné l’ancien parlementaire. On n’aurait pas accordé tout ce privilège à Moïse Jean Charles, fils de paysans, a-t-il poursuivi.

« Si quelqu’un a un dossier de corruption contre moi, qu’il vienne me dénoncer. Même étant sénateur, je n’ai jamais facilité l’intégration de quiconque au sein de l’administration publique », a martelé Moïse Jean Charles.

L’ancien parlementaire a qualifié ces allégations de manœuvres politiques déloyales visant à ternir son image, puisque le « système est incapable de lui coller les étiquettes de trafiquant de drogue, de corruption, de trafic d’influence ».

Moïse Jean Charles a tenu à dénoncer ses détracteurs, qui « font tout pour le déstabiliser » et appelé, en même temps, ses alliés à rester vigilants et lucides face à ce qu’il considère comme une campagne de salissage contre sa personne.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker