Violences physiques contre Nice Simon, plus d’un an après toujours pas de justice

Plusieurs organisations de défense des droits humains dont AYITI JISTIS FANM crient au scandale à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Elles dénoncent une fois de plus l’impunité qui règne au sein de notre système judiciaire après une ordonnance de la cour d’appel sollicitant le jugement de Yves Léonard au correctionnel, rien n’est encore fait. L’agresseur continue de vaquer librement, en toute quiétude d’esprit à ses occupations. Selon ces organisations, c’est une défaite pour la justice, c’est aussi un avilissement. Elles continuent d’exiger l’arrestation de Yves Léonard. La justice, disent-elles, doit être une femme aux yeux bandés où personne n’est au dessus de la loi et nul n’est censé ignoré les lois républicaines.

En effet, l’organisation  » AYITI JISTIS FANM  » réclame justice pour toutes les femmes qui sont victimes de la violence sous toutes ses formes particulièrement la Mairesse de Tabarre Nice SIMON à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Violences physiques contre Nice Simon, plus d’un an après toujours pas de justice

En cette journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, commémorée ce 25 novembre 2019, l’organisation  » AYITI JISTIS FANM  » continue de réclamer justice pour la Mairesse de la commune de Tabarre, Nice SIMON, battue par son ex compagnon le 2 octobre 2018. L’organisation a, dans une note de presse, dit vouloir profiter de cette journée décrétée par les Nations Unies, pour attirer l’attention des autorisés judiciaires du pays sur le fait que un an après avoir commis son forfait, le nommé Yves Léonard continue de vaquer à ses occupations sans être inquièté par la justice haïtienne.

Violences physiques contre Nice Simon, plus d’un an après toujours pas de justice

« A un moment où les Nations Unies considèrent la violence à l’égard des femmes comme une atteine grave aux droits humains, nous éxigeons l’arrestation pure et simple de celui qui a tenté d’assassiner cette vaillante et courageuse femme en la personne de Madame Nice SIMON » a précisé l’organisation dans cette note.

Rappelons que le 25 novembre a été proclamé par l’assemblée générale des Nations unies le 17 décembre 1999 journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes mais surtout après l’assassinat de trois sœurs Mirabal en République Dominicaine sous le pouvoir de Trujillo le 25 novembre dernier 1960. En Haïti, elles sont plusieurs milliers des victimes d’agressions physiques et ou verbales.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker