18 ans après l’assassinat de Brignol Lindor, les assassins sont encore dans les rues

3 décembre 2001-3 décembre 2029, 18 ans après l’assassinat du Journaliste Brignol Lindor, certains assassins sont encore dans les rues, ont affirmé les membres de l’Amical des journalistes de Petit Goave

Pour marquer ce 3 Décembre 2019, la date de l’assassinat de Brignol Lindor tué en 2001 à l’Acul de Petit Goave sous la présidence de Jean Bertrand Aristide, certains journalistes de Petit Goave regroupés au sein de l’Association Amical des journalistes et d’autres journalistes indépendants ont rencontré le Doyen du Tribunal de Première instance de Petit Goave, Me Friztner Duclair autour du dossier de Brignol Lindor.

Le doyen a reçu dans son bureau une délégation de travailleurs de presse composée de : Mackenzy Zikout, Eugène Raymond, Ernst Joseph, Arnold Joicy, Pierre Joseph et Innocente Desgranges.

Le secrétaire Général de l’Amical des journalistes, Mackenzy Zikout a déclaré au micro de preference fm : « À l’occasion de ce 3 décembre 2019 qui nous rappelle l’élimination physique de Brignol Lindor, nous nous sommes faits le devoir de rencontrer les autorités de la juridiction de Petit Goave pour voir comment le dossier du journaliste défunt pourrait avancer parce que nous ne sommes pas du tout satisfaits de la suite du dossier. Nous en avons pour preuve l’ordonnance de renvoi soumise par le juge d’instruction d’alors… Seulement deux personnes ont été arrêtées, jugées et condamnées en 2007 à perpétuité .

Or nous sommes persuadés que par rapport à l’ensemble des individus qui avaient planifié et exécuté le meurtre, il y a d’autres complices qui sont libres notamment l’ex-maire Emmanuel Antoine, Dumé Bonny et Sémérès Beaulière . »

En outre, le secrétaire a ajouté : la façon dont la justice traite les dossiers des journalistes victimes ne fait pas notre honneur en tant que journalistes. Lorsqu’on traite mal le dossier d’un journaliste cela donne aux autres la possibilité d’attaquer d’autres confrères, consœurs.

Le Doyen nous a expliqué qu’en vertu du principe de la prescription et de l’autorité de la chose jugée, on ne saurait revenir sur le dossier, a fait savoir le confrère de l’Amical.

Le journaliste Zikout en a profité pour dénoncer les menaces dont font l’objet les journalistes à travers le pays. Il a également dénoncé l’assassinat de Néhémy Joseph et les menaces que subissent à Petit Goave Anel Joseph à la Rue Benoit, Guyto Mathieu de la part d’une autorité locale.

Le secrétaire a enfin fixé la position de l’amical des journalistes : En aucun cas, nous ne tolérerons pas qu’un travailleur de la Presse soit menacé. Car en dépit des divergences d’opinion qui peuvent exister entre les journalistes, ils ne sont pas divisés. Ils font partie d’une même corporation.

Par ailleurs, le journaliste Anel Joseph réclame justice pour Brignol Lindor tout en souhaitant que tous les journalistes de la cité de Petit Goave s’unissent réellement, rejettent leur hypocrisie, restent constamment solidaires et se comportent comme des frères et sœurs. Il a dénoncé la méchanceté d’un chef de file de l’opposition de Petit Goave qui voulait dresser contre lui des manifestants.

Guyto Mathieu

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker