Rénald Lubérice et Liné Balthazar croient qu’il est quasiment impossible de réaliser le référendum constitutionnel

(TripFoumi Enfo) – Au moment où la population haïtienne exprime quotidiennement leur ras-le-bol face à la recrudescence de l’insécurité qui ne cesse d’augmenter, le Président contesté Jovenel Moïse tient mordicus à la réalisation d’un référendum pour doter le pays d’une nouvelle constitution et la tenue de scrutins présidentiel, législatif et local, d’ici la fin de l’année. En effet, même certains de ses conseillers ne voient pas d’un bon oeil ce projet référendaire, vivement critiqué par plus d’un, et pour cause, le secrétaire général des conseils des ministres Rénald Luberice, fervent supporteur du pouvoir en place, estime que la réalisation du référendum constitutionnel est quasiment impossible, d’après les déclarations du journaliste Garry Pierre Paul Charles ce jeudi 15 avril 2021 durant son émission sur la radio Scoop FM. Il confirme avoir eu des échanges privées avec le conseiller du Président sur le sujet.

De con côté, Liné Balthazar, président du PHTK, parti au pouvoir, appelle Jovenel Moïse à abandonner son projet de référendum visant à changer la Constitution qui, selon lui, est impossible. Il plaide en faveur du changement de Conseil électoral et trouver un accord politique pour aller aux élections. Il a fait ces déclarations ce matin sur les ondes de Magik9.

Alors que l’insécurité liée aux gangs gangrène le pays, le conseil électoral provisoire, nommé unilatéralement par le très critiqué Président Jovenel Moise, maintient dans son calendrier: l’organisation du référendum le 25 avril prochain. Toujours dans l’agenda du CEP, la présidentielle et les législatives devraient avoir lieu le 19 septembre pour le premier tour et 21 novembre pour le deuxième, jour où les élections locales seront aussi organisées.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

La volonté de Jovenel Moïse pour la réalisation du référendum est réelle mais la criminalité outrancière et la main mise des gangs armés qui serait de complicité avec la présidence, sur de nombreux quartiers de la capitale et d’autres zones reculées constituent autant de menaces à la bonne tenue d’un référendum et aussi des élections.

Depuis plusieurs mois, le pays fait face à une remontée des cas enlèvements contre rançon d’une manière inédite où même les religieux et les enfants ne sont pas épargnés. Cette situation délétère affectent toutes les couches sociales du pays.

Soulignons que, le comité consultatif nommé par Jovenel Moïse pour élaborer le projet de la nouvelle constitution a déjà finalisé son travail mais énormément critiqué par l’opposition politique et désormais par certains conseillers du président.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker