Pétion-Ville : Une fillette de 13 ans violée par 7 hommes avant de tomber enceinte

(TripFoumi Enfo) Haïti bouge au rythme de l’insécurité qui se manifeste à travers toutes ses formes. Dans la commune de Pétion-Ville, une fillette de seulement 13 ans a été violée par 7 hommes avant de tomber enceinte. Le journaliste Marc Guerson Philistin de la Radio Télévision Caraïbes (RTVC) l’a rencontrée et celle-ci retourne sur le triste événement.

Arrivée d’une ville de province, Rose, nom donné à la fillette par le journaliste dans le cadre de son travail, a été placée dans une maison où vivaient son père et sa belle mère dans la zone de Montagne Noire, Pétion-Ville. Là, sa vie est comme la mer à boire, celle qui a connu l’enfer à cause de la femme de son progéniteur, laquelle lui a fait connaître toutes les misères du monde.

« Je n’ai pas connu ma mère. Avant de venir vivre ici avec ma belle mère, Sandrine Saint-Germain, je vivais en province, en dehors. À l’âge de 13 ans, cette dernière m’a mise à la porte en l’absence de mon père, qui était sorti », raconte Rose dans une voix rongée par la tristesse et par toutes les vicissitudes de la vie avant de révéler qu’elle s’est logée depuis lors dans une voiture abandonnée au bord d’une route.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Sans aucune surveillance, et donc livrée à elle-même dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, espace de terreur, Rose, un soir, a été prise en otage par environ 4 hommes qui lui ont bandé les yeux, l’ont muselée et l’ont emmenée dans un quartier appelé « Malik », Pétion-Ville. C’est là que 7 hommes l’ont violée, selon les propos de la victime.

« Après avoir subi l’acte ce soir-là, il m’a été difficile de marcher pour retourner chez-moi. Vue par les passants dans ma situation, ces derniers m’ont aidée à retrouver ma demeure », poursuit la violée dans son récit, qui dit avoir passé trois jours sans manger après le viol.

Le calvaire de l’adolescente ne s’arrête pas là. Elle est tombée enceinte de l’un de ses violeurs. » j’étais allée à la Direction Centrale de la Police Judiciaire, (DCPJ) et mes bourreaux ont été arrêtés par la police, mais certains d’entre eux seraient déjà libérés », détaille celle qui s’apprête à accoucher dans les jours à venir, mais vivant encore dans une voiture en panne et laissée à la pluie et au soleil.

Elle lance donc un appel à tout bon Samaritain en vue de l’aider. « Si j’accouche dans les rues, je risque de perdre mon bébé. De ce fait, j’aimerais trouver un peu d’argent afin de louer une chambre pour me loger et, le cas échéant, de pouvoir faire un petit commerce pour assurer ma survie et celle de ma progéniture », sollicite celle qui dit, parfois, éprouver l’envie de se donner la mort.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker